AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Qu’est-ce que la science ? Un golem ou un robot ?  Yves Ouatou et l’astro-recrutement  Prisonnier de guère  Histoire de l’astrologie arabe au Moyen-âge  Le Verseau dans « La Condition solaire »  Florilège astrologique 1976–1979  Sommaires des Cahiers Conditionalistes  Famille « E extensif » en Signes
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesLe zodiaqueSignes et saisons


Les Signes d’automne & de milieu de saison

Loin d’être un mythe archaïque ou un symbole désincarné, le zodiaque est aussi réel que le jour, la nuit et leurs durées qui changent périodiquement tout au long de l’année. Être né sous le Signe de la Balance par exemple, ce n’est pas ressembler à un pèse-personne, c’est être venu sur Terre au moment de l’équinoxe d’automne, lorsque le Soleil amorçait sa descente dans l’hémisphère sud et que la durée des jours et des nuits était à nouveau équilibrée (12 heures chacune), ce qui n’était pas arrivé depuis l’équinoxe de printemps, six mois plus tôt.

Le zodiaque astronomique de l’automne

À l’équinoxe d’automne, le Soleil quitte l’hémisphère nord, croise le plan de l’équateur et plonge dans l’hémisphère sud. Désormais, jusqu’au prochain équinoxe de printemps, dans l’hémisphère nord les nuits seront systématiquement plus longues que les jours. En Balance (23 septembre au 23 octobre), les durées diurnes et nocturnes sont sensiblement égales, mais les nocturnes sont croissantes : elles sont dominantes. En Scorpion (23 octobre au 22 novembre), les durées nocturnes sont sensiblement supérieures aux diurnes. En Sagittaire enfin (22 novembre au 22 décembre), les durées nocturnes, toujours croissantes, sont nettement supérieures aux nocturnes : la nuit la plus longue n’est pas loin…

Les jours dominants en durée, nous l’avons vu, sont pour les êtres vivants un facteur d’excitation, d’ouverture sur le monde extérieur. Pendant les six mois d’automne et d’hiver, le règne des nuits dominantes induira au contraire des réactions d’inhibition, de rétraction, de fermeture. Des observations et expérimentations tout à fait officielles ont d’ailleurs démontré que les personnes souffrant de dépressions saisonnières voyaient leur état s’améliorer nettement quand elles changeaient d’hémisphère terrestre ou quand on les soumettait à des « thérapies photopériodiques », c’est-à-dire lorsqu’on les mettait dans une pièce dont l’éclairage artificiel reproduisait des durées diurnes croissantes et dominantes…

Saint-Jean Baptiste et le Christ

Profitons de ces observations sur la croissance ou la décroissance des jours et des nuits pour évoquer brièvement la symbolique chrétienne. Rappelons au passage que le christianisme est une excroissance du judaïsme, et que la religion juive est l’héritière directe de la religion mésopotamienne, dont les fondements reposaient sur l’astronomie et l’astrologie… Si le christianisme moderne a totalement renié ses attaches cosmiques concrètes, les mythes solaires sur lesquels il repose ont la vie dure…

On fête la Saint Jean-Baptiste au moment du solstice d’été. À cette époque de l’année, celle du jour le plus long, les jours commencent à diminuer en durée, tandis celle des nuits augmente. Saint Jean était un prophète qui annonçait la venue du Christ et baptisait ses contemporains pour les préparer à l’avènement du Messie attendu. Quand on l’interrogea sur son rôle et sa fonction dans ce processus, il répondit avec humilité : « Il faut qu’il croisse et que je diminue ». D’une manière toute symbolique, l’influence diurne de Saint Jean diminuait tandis que l’influence nocturne du Christ encore latent croissait.

La légende a fait naître le Christ au solstice d’hiver, au moment certes où l’humanité est plongée dans la plus longue nuit… mais aussi à celui où le jour croissant recommence à grignoter le territoire des ténèbres, telle une promesse d’aube qui ne se réalisera qu’à l’équinoxe de printemps, sous le Signe du Bélier. Ainsi le Christ mythique gouverne-t-il la croissance de la lumière des jours, et symbolise une lumière croissante.

En fait, le Christ n’est pas né sous le Signe du Capricorne. L’église a décidé de le faire naître à cette époque pour substituer sa propre fête aux antiques fêtes païennes qui rythmaient les équinoxes et les solstices… et pour des raisons astronomico-astrologiques inconscientes : Jésus est assimilé à une lumière qui croît (et nous invite à croire) dans la nuit la plus longue ! Précisons que le thème astral du Christ est inconnu, mais que les documents d’époque font plutôt penser à une naissance au début du printemps. L’énergique Jésus serait donc né sous le Signe du Bélier, ce qui correspond bien à l’auteur de la célèbre phrase : « Celui qui n’est pas avec moi est contre moi »

Les Signes de milieu de saison en astrologie classique

Transition en douceur : dans l’iconographie chrétienne médiévale, les quatre évangélistes (Saint Paul, Saint Marc, Saint Jean et Saint Matthieu) sont très fréquemment représentés accompagnés des animaux qui symbolisent les Signes de milieu de saison : le Taureau, le Lion, le Scorpion et l’Homme (symbole du Verseau). C’est dire l’importance de ces Signes qui… « crucifient » les saisons et en sont en quelque sorte les piliers ou les clefs de voûte.

L’astrologie classique considère que les Signes de milieu de saison (Taureau, Lion, Scorpion, Verseau) sont « fixes » et que les qualités qui les définissent sont la stabilité, la concentration, la puissance. Dans la doctrine des Éléments, la Terre stable du Taureau en fait un bâtisseur bien campé sur ses possessions ou un terre-à-terre au ras des pâquerettes ; le Feu stable du Lion en fait un orgueilleux entreprenant et perpétuant son rayonnement ou un infatué du moi chantant sans cesse la ritournelle de sa propre gloire ; l’Eau stable du Scorpion en fait le détenteur des mystères aquatiques ou un être croupissant dans des marais stagnants ; enfin, l’Air stable du Verseau en fait un solide centre de communication ou quelqu’un qui ne manque pas d’air et cultive ce vilain défaut…

Enfin, pour expliquer que les Signes de milieu de saison soient si différents de leurs collatéraux, l’astrologie classique postule l’alternance des Signes « masculins » (Bélier, Gémeaux, Lion, Balance, Sagittaire, Verseau) et des Signes « féminins » (Taureau, Cancer, Vierge, Scorpion, Capricorne, Poissons). Sexisme antédiluvien oblige, les premiers sont dits « actifs » et les seconds « passifs ».

Les Signes de milieu de saison en astrologie moderne

Les astrologues modernes ne sont pas sexistes. Ils reconnaissent qu’il y a des hommes passifs et des femmes actives, et qu’il n’est pas nécessaire de se référer aux catégories du masculin et du féminin pour comprendre l’alternance ouverture-fermeture des Signes du zodiaque. En effet, il n’y a pas de rupture de rythme à l’intérieur d’une saison astronomique qui puisse justifier cette alternance.

Pour comprendre ce phénomène, il faut distinguer les influences astronomiques et la manière dont nous, êtres humains, y réagissons par l’intermédiaire de notre système nerveux. Or, on sait qu’une très intense excitation peut nous conduire à devenir indifférents à tout le reste, et vice-versa. Exemple : si je concentre mon pouvoir d’excitation sur mon écran d’ordinateur, j’oublie totalement (j’inhibe) ce qui se passe autour. Inversement, si je concentre mon pouvoir d’inhibition sur l’écran (je ne veux plus voir ce qui s’y affiche), je vais pouvoir m’ouvrir largement à tout le reste.

C’est exactement ce qui se passe chez les Signes de milieu de saison : le Taureau et le Scorpion concentrent leur pouvoir d’excitation sur un point précis, ce qui les ferme à tout le reste. Exemple : le passionné aveugle à tout ce qui n’est pas l’objet de sa passion. À l’inverse, le Lion et le Verseau concentrent leur pouvoir d’inhibition sur un point précis, ce qui les ouvre à tout le reste. Exemple : l’optimiste ouvert qui ne veut pas entendre parler des raisons de désespérer.

Le type automnal

Pris dans leur ensemble, les trois Signes d’automne se caractérisent par leur dynamisme expansif et par la rapidité de leurs réflexes de fermeture. Revers de la médaille : il est difficile pour eux d’être patients et persévérants…

Points forts : si les Signes d’automne dominent dans votre thème, une part importante de vous-même s’exprime d’une manière extrêmement vive, rapide, mobile. Toujours dis-ponible vis-à-vis du monde extérieur, vous maîtrisez aussi au plus haut point l’art de l’esquive, prêt à vous démettre subitement si les circonstances l’exigent. Vos subtiles tactiques de défense vous permettent de faire volte-face à toute vitesse, d’alterner ouvertures larges et refus immédiats avec une très grande aisance.

Points faibles : vous avez en général du mal à maîtriser et réguler votre énergie, à être constant et systématique dans vos efforts. Tout ce qui est rituel, répétitif, systématique vous énerve. Trop confiant dans votre souplesse tactique, vous oubliez trop souvent de vous organiser pour vous mettre à l’abri de l’imprévu. Lorsque vous vous trompez, vous avez tendance à persister dans l’erreur tant vous avez l’impression que quoi qu’il arrive, vous êtes capable de dominer et maîtriser la situation.

La Balance naturelle dans l’hémisphère nord

Astronomie : nuits croissantes et dominantes, durées nocturnes sensiblement égales aux diurnes.

Astrologie : points forts : ouvertures dynamiques, fermetures rapides, sens des contraires. Points faibles : manque de fermeture systématique, d’ouverture maîtrisée, phase égalitaire.

Qualités : rapide, souple et habile, la Balance se lance à la rencontre du monde extérieur et des êtres qui l’habitent. Pour elle, tout est question de choix dans un univers ouvert : choix de coopérer ou de s’esquiver, d’aller vers les autres ou de les quitter subitement. La Balance s’absente d’elle-même pour se rendre disponible à autrui qu’elle considère comme un égal et partenaire avec lequel il faut chercher une relation équilibrée, des points communs, un terrain d’entente qui permette à chacun de sortir de sa coquille…

Défauts : trop ouverte au monde extérieur, la Balance pèche par manque de limites et refus des frontières. Elle ne comprend pas la nécessité de se protéger, de s’isoler, de se construire patiemment des systèmes de sécurité. Refusant les différences, elle voit partout des similitudes, des échos, des ressemblances même là où il n’y en a pas et, quelles que soient les circonstances, persiste dans son illusoire quête d’un équilibre universel. À force de vouloir se mettre bien avec tout le monde, elle oublie souvent d’être elle-même.

La Balance symbolique

Astronomie : néant.

Astrologie : Signe d’Air Cardinal, Chaud et Humide. L’Air de la Balance est Cardinal : elle décide donc d’où doit souffler le vent et dirige les courants d’air. Vénus, sa planète Maîtresse, est plutôt Chaude et Humide, ce qui tombe bien mais en réalité, elle est Chaude et sèche : (jusqu’à 457° de température au sol). Dans la chaleur humide du désir, la vénusienne Balance est une séductrice en quête de partenaire.

Le Scorpion naturel dans l’hémisphère nord

Astronomie : nuits croissantes et dominantes, durées nocturnes sensiblement supérieures aux diurnes.

Astrologie : points forts : fermetures concentrées et très mobiles, sens des dosages. Points faibles : manque d’ouverture rayonnante et persévérante, phase paradoxale.

Qualités : subtil, rusé et sinueux, le Scorpion est très sélectif et discriminateur dans son ouverture au monde extérieur : seul ce qui le passionne l’intéresse, le reste provoque en lui des réactions de rejet et de critique. Obsessionnel, il est en quête d’ajustements précis, d’associations étroites, de liens serrés. Là où d’autres voient des ressemblances et des complémentarités, lui identifie immédiatement des différences et des oppositions. Ses souples mécanismes de défense le poussent à zigzaguer entre les obstacles plutôt que de les affronter directement.

Défauts : enfermé dans sa « différence » qu’il revendique orgueilleusement, le Scorpion a tendance à stagner, à s’embourber, prisonnier de lui-même, de ses intolérances et de ses refus. Trop subtil, il tisse des toiles d’araignée où il se retrouve englué. Plus il se sent rejeté et incompris, et plus il persiste dans ses attitudes de rejet, persuadé que c’est son seul moyen de régner sur lui-même. Des sous-entendus et des détails anodins suffisent à réveiller sa susceptibilité. Récalcitrant chronique, il a tendance à dramatiser, à noircir exagérément le tableau.

Le Scorpion symbolique

Astronomie : néant.

Astrologie : Signe d’Eau Fixe, Froide et Humide. L’Eau du Scorpion est Fixe : d’où son goût pour les marais stagnants et sa tendance à boire le calice jusqu’à la lie en vase clos. Sa planète Maîtresse est Mars, Chaud et Sec (en réalité, la température maximale sur cette planète est de 0°). Grâce à son sens des dosages subtils, il parvient à souffler à la fois le Chaud et le Froid. A-t-il inventé l’expression « boire sec » ? Pas impossible…

Le Sagittaire naturel dans l’hémisphère nord

Astronomie : nuits croissantes et dominantes, durées nocturnes nettement supérieures aux nocturnes.

Astrologie : points forts : ouvertures dynamiques, fermetures rapides, sens des ensembles. Points faibles : manque de fermeture systématique, d’ouverture maîtrisée, phase ultra-paradoxale.

Qualités : largement ouvert sur le monde extérieur, le Sagittaire considère l’univers qui l’entoure comme une totalité dynamique dont il fait intimement partie et avec laquelle il faut coopérer au maximum. Fédérateur habile, souple négociateur, il recherche en permanence le plus grand dénominateur commun, le plus large accord, le dépassement des oppositions habituelles dans une synthèse en mouvement ; mais il sait aussi dire rapidement « non », se démettre subrepticement ou s’esquiver en douceur lorsque c’est nécessaire…

Défauts : refusant toute contrainte, toute protection, toute attache sécurisante, le Sagittaire voit trop grand. Excessif, démesuré, mégalomane parfois, il étreint mal à force de tout vouloir embrasser et mélange tout à force de tout vouloir rassembler. Il en oublie la différence entre le bien et le mal, l’ami et l’ennemi, lui-même et autrui. Ayant déserté son intimité, fuyant le banal et le quotidien étriqué, il se livre à une enivrante fuite en avant à la recherche du sublime, avec une fâcheuse tendance à combattre les moulins à vent.

Le Sagittaire symbolique

Astronomie : néant.

Astrologie : Signe de Feu Mutable, Chaud et Sec. Le Feu du Sagittaire est Mutable : d’où sa tendance à brûler ses dernières planches avant de s’éteindre. Sa planète Maîtresse est Jupiter, planète d’Air Chaud et humide (en réalité, la température moyenne de Jupiter est de −140° et cette planète est constituée essentiellement d’hydrogène). Chauds tous deux, Jupiter et le Sagittaire communient dans la passion. Les aptitudes négociatrices du premier et le sens des ensembles du second permettent de réaliser la synthèse du Sec et de l’Humide (???). SUITE

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- Le zodiaque et vous
- Signes et saisons
- Trios planétaires en Signes
- Le zodiaque et la précession des équinoxes
- La réalité astronomique du zodiaque
- Le zodiaque dans l’Homme
- Autour du zodiaque
- Zodiaque et sphère locale
- Mythologie du zodiaque
- Formes de l’inhibition
- Change-t-on de caractère en changeant de Signe ?
- Énergie-Espace-Temps-Structure et zodiaque
- Genèse du zodiaque conditionaliste
- L’horloge photopériodique du genou… et de la tête
- Signe solaire et Signe Ascendant
- Astrologie, adaptation & inadaptation


Le petit livre de la Balance

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation de la Balance selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation de la Balance en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

Le petit livre du Scorpion

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Scorpion selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Scorpion en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

Le petit livre du Sagittaire

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Sagittaire selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Sagittaire en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé