AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Mitterrand gêne et râle  La fonction neptunienne ‘eT’ (existence de la Transcendance)  Le Verseau  La Balance dans « La Condition solaire »  Yves Ouatou et l’astro-statistique  Témoignage astro de Catherine Planas  Sandrine Kiberlain, Poissons-girafe mais pas godiche  Témoignage astro de Catherine Gutierrez
Vous êtes ici : Accueil >Astro-documents >Théories générales >Les aspects interplanétaires >Interprétation des Aspects >Aspects avec Mercure

Mercure-Vénus

Comment marier le passage de l’unique au multiple (Mercure-‘tR’) avec celui de l’unique au duo-duel (Vénus-‘eR’) ? Comment faire fonctionner ensemble une curiosité dispersée et une affectivité à fleur de peau ? Comment rester désinvolte tout en charmant et séduisant ? Cet aspect exclut les niveaux ‘r’ (l’autorité manifeste), ‘E’ (le sens du concret) et ‘T’ (l’imaginaire prospectif).

Consonant (conjonction consonante, sextile)

Le sujet est pourvu d’un riche clavier de mots, d’images et de modèles qu’il sait à merveille rendre à la fois distrayants et attrayants, amusants et émouvants. Un rien l’intéresse, le séduit, l’étonne et le tente. Disponible pour toutes les rencontres, curieux de connaître êtres et choses dans leur diversité, leurs multiples facettes, il sait aussi nouer avec ceux qui font écho à sa sensibilité de tendres relations privilégiées. Il s’émerveille, s’attendrit, à la fois curieux et gourmand des plaisirs de la vie. Détendu, ludique, sensible, affectueux, il veille à ce que ses amitiés et ses amours ne s’enlisent dans aucune habitude, aucune contrainte qui émousserait le plaisir de la fête et la joie de la découverte. Son goût des abstractions subtiles ou saugrenues va de pair avec une forte sensualité : rien ne l’intéresse vraiment qui n’éveille en même temps tous ses sens. Et s’il lui arrive d’ironiser, c’est toujours avec gentillesse, en veillant à ne pas blesser.

Dissonant (conjonction dissonante, semi-carré)

Dissonance équilibrée : le sujet passe alternativement d’une ouverture communicative tous azimuts (Mercure) à la des relations privilégiées (Vénus), sans pouvoir se résoudre à choisir. Selon que l’une ou l’autre fonction domine dans son vécu, il peut adopter les attitudes suivantes :

Si Mercure domine : le sujet, trop mobile, trop instable, trop dispersé, est incapable de s’attacher durablement à quelqu’un ou quelque chose. Partisan d’une liberté sans but et sans contraintes, il craint par dessus tout de se retrouver prisonnier d’une relation privilégiée basée sur des émois et des sensations partagées. Aussi préfère-t-il multiplier les rencontres anecdotiques, sans conséquences ni lendemain, plutôt que de devoir laisser s’exprimer les élans de son cœur, qu’il a plutôt sec. Il se réfugie dans les abstractions, les futilités, l’ironie ou le jeux de mots pour résister à l’appel des sens, à la tentation de tomber amoureux. Il ne prend aucun lien affectif au sérieux : les sentiments ne sont pour lui qu’une pantomime divertissante. Il raille les délicates perceptions esthétiques et multiplie les agaceries plutôt que d’accepter de montrer sa tendresse.

Si Vénus domine : quand il aime, quand il s’attache, le sujet perd toute fantaisie, toute drôlerie, tout esprit ludique. Il prend extrêmement au sérieux ses engouements, ses sympathies et antipathies, goûts et dégoûts épidermiques. Incapable de prendre des distances vis-à-vis du langage, un mot le touche, une phrase le blesse, un adjectif le ravit sans qu’il sache très bien pourquoi. Dans son optique, on ne badine pas avec l’amour. Ses relations privilégiées, les tendres et voluptueux duos qui charment son cœur se développent au détriment de sa curiosité, de son ouverture spontanée à la diversité des êtres et des choses. Fermé à la nouveauté, à l’inconnu, il ne se laisse séduire et tenter que par ce qu’il a déjà éprouvé, ce qui éveille un écho dans sa sensibilité. Sa sensorialité insatiable et capricieuse le rend sourd aux abstractions et incapable de malice.

Dissonance maîtrisée : le sujet a durement appris qu’il y a un temps pour les découvertes distrayantes et un temps pour vivre ses amours, affects et émois, et sait sans fausse note alterner ces deux fonctions.

Dissonance sublimée : le sujet a délibérément sacrifié tout attachement charnel ou affectif au nom de sa curiosité insatiable, ou abdiqué de toute fantaisie intellectuelle au profit de tendres et voluptueux sentiments. SUITE

Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

Voir aussi :

- Bases du système R.E.T.
- Profil psychologique du Mercurien
- Signification de Mercure dans le R.E.T.
- Stade mercurien (de 1 à 3 mois) : l’âge de la communication
- Famille « R extensif » (Représentation extensive)
- Famille « t intensif » (transcendance intensive)
- Profil psychologique du vénusien
- Signification de Vénus dans le R.E.T.
- Stade vénusien (de 3 à 7 mois 1/2) : l’âge de l’affection
- Famille « R extensif » (Représentation extensive)
- Famille « e intensif » (existence intensive)

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard



Imprimer Imprimer cet article
Rechercher sur le site :

Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé