AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Stade neptunien (de 84 à 164 ans) : l’âge de la dépersonnalisation  L’Astrologie, idées reçues, par René-Guy F. Guérin  Yves Ouatou et les Zécoles d’astro  Claude Lelouch, le Scorpion du treize  Le Taureau  Signe solaire et Signe Ascendant  Lune-Vénus  Mercure-Jupiter
Vous êtes ici : Accueil >Astro-pratique >Astro-portraits célèbres >Chanson

Alain Bashung ou Vénus en faux rires

Longtemps, Alain Bashung s’est cherché. Ses premiers disques étaient bancals : sur fond de musique rock ou bluesy, les textes brinquebalaient entre satire et parodie. Ils lui ont valu une réputation de chanteur à calembours, de funambule rigolo, de fantaisiste détaché. Malentendu : s’il composait les musiques de ses chansons, les paroles n’étaient pas de lui. Pendant trente ans, il a alterné tubes énormes (Gaby, Vertige de l’amour) et bides retentissants. Dans son nouvel album Fantaisie militaire qui pulvérise tous les records de vente, il se révèle enfin tel qu’en lui-même : amoureux transi, affectif à fleur de peau, sentimental fêlé. Poignant. On n’a plus envie de rire...

À droite : Thème d’écliptique ; à gauche : Thème de domitude.

Soleil-Jupiter/Sagittaire faibles : maudits mots dits

Un individu se décrit autant par ce qu’il est que par ce qu’il n’est pas. Nos carences invisibles nous définissent tout autant que nos aptitudes affichées. La configuration planétaire la plus faible du thème d’Alain Bashung est la conjonction Soleil-Jupiter en Sagittaire. Pour illustrer ce phénomène, comparons son thème à celui d’un autre chanteur né peu de jours avant lui : Michel Berger (28/11/1947 à 17h15 HO à Neuilly-sur-Seine, alors que Bashung est né le 01/12/1947 à 09h55 HO Paris).

Dans le thème de ce dernier, cette même conjonction se couche à l’horizon : elle est donc dominante. Michel Berger, on le sait, était un auteur-compositeur brillant et talentueux. Grâce à cette conjonction Soleil-Jupiter dominante, il n’éprouvait aucune difficulté pour écrire des textes simples, clairs et précis et des mélodies immédiatement mémorisables. Il a connu ses premiers succès dès l’adolescence : avec Soleil-Jupiter, on sait "se vendre", on sait ce qu’on veut, on vise la célébrité, la réussite.

Rien de tel chez l’auteur de Gaby : son fonctionnement se situe exactement aux antipodes de celui de Berger. Il a très longtemps galéré dans l’ombre des studios avant d’aligner son premier succès, Vertige de l’amour, en 1981. Il avait alors 34 ans. Autant le parcours de Berger a été rectiligne, efficace, gratifiant, autant celui de Bashung a été tortueux, accidenté, inévident. Enfin, avec une conjonction Soleil-Jupiter faible, Bashung, à l’inverse de Berger, a du mal à dire et se dire, à trouver les mots simples pour exprimer ce qu’il ressent. Comme le note très justement Christophe Conte dans l’hebdomadaire Les Inrockuptibles, "Pas de plan de carrière chez Bashung, ou alors un plan incliné, régulièrement à la merci du vertige, de l’amour et des mots, pas forcément de l’amour des mots. Vus les sévices moyennement académiques qu’il a fait subir à la langue française... on ne saurait (le) suspecter de fayotage envers les belles lettres".

Fantaisie limite "R"

C’est pour cette raison qu’il s’est toujours adjoint la collaboration d’authentiques songwriters comme Boris Bergman, Serge Gainsbourg et Jean Fauque... Je n’ai pas les thèmes de Bergman et Fauque, mais j’ai celui de Gainsbourg né, comme par hasard, sous une conjonction Soleil-Jupiter dominante... Les textes de ses premiers albums étaient écrits par Bergman, adepte inconditionnel du calembour : c’est ainsi que Bashung s’est vu affublé d’une réputation de chanteur fantaisiste, alors qu’il est avant tout un affectif frémissant (Vénus-Neptune) doublé d’un inspiré intuitif (Neptune-Uranus).

Au bout de quelques années, il finit par en avoir assez de chanter avec les mots d’un autre, des mots qui ne lui ressemblent pas, qui ne traduisent pas ses désirs, son intense ressenti des êtres et des choses, ses états d’âme tumultueux. Après une brève complicité avec Gainsbourg pour l’album Play blessures, il entame sa collaboration avec Fauque avec l’album Novice. Et le public se rend alors compte que Bashung n’est pas un rigolo : Mercure (esprit ludique, décontraction) est également très faible dans son thème.

A partir de là, il s’implique de plus en plus dans l’écriture des textes... mais à sa manière, celle d’une très faible conjonction Soleil-Jupiter : "Tout auteur qui travaille avec lui doit rester modeste, dit Jean Fauque, il extrait toujours d’un texte les choses qui lui collent vraiment. Travailler avec lui, c’est accepter qu’un texte vous échappe complètement". Avec son dernier album, Fantaisie militaire, écrit pendant le passage de Pluton (métamorphoses, remises en questions) sur sa conjonction Soleil-Jupiter, il s’est affranchi de ses fantaisies limites "R" (Représentation), de cette fausse image de marque dont il était affublé. Il a enfin trouvé les mots qui sonnent juste, ceux qui lui "collent encore au cœur et au corps", comme le chante un autre vénusien, Laurent Voulzy, dans sa chanson Rockcollection.

Vénus-Neptune-Mars : vertige de l’amour

Lorsqu’Alain Bashung est né, Vénus se levait en Capricorne au trigone de Mars et Neptune culminait au Milieu-du-Ciel. Vénus, Mars, Neptune : ces trois fonctions planétaires ont en commun l’intensité du ressenti, la puissance des affects et des sentiments, des émotions, de la sensorialité. La chanson qu’il a fait connaître est Vertige de l’amour. Elle raconte l’histoire de quelqu’un à qui l’amour fait péter les plombs, perdre toute contenance. Elle est bien entendu pleine de calembours bergmaniens, mais un couplet au moins correspond parfaitement à une dominante Vénus-Mars-Neptune : "Mes circuits sont niqués, y a un truc qui fait masse... Vertige de l’amour, désir fou que rien ne chasse, cœur transi reste sourd au cris du marchand de glace".

Avec une dominante Vénus-Neptune, dans ses meilleurs moments, Bashung vit ses désirs, sentiments, émois et affects comme une grâce magique et voluptueuse où corps, âme et esprit fusionnent dans un ressenti, un éprouvé puissant, à la fois tendre et tumultueux. Ses goûts et dégoûts, sympathies et antipathies épidermiques (Vénus) se mêlent harmonieusement à son intuition clairvoyante (Neptune) de ceux d’autrui, ce qui facilite une profonde communion émotionnelle. Aimer est pour lui vivre intensément un ailleurs, un profond partage esthétique, affectif, mystique et sensoriel, frémir ensemble à l’unisson d’états d’âme, de sentiments et pressentiments partagés : "Je compose toujours la trame des chansons et je laisse ensuite les musiciens en établir leur propre vision. Au lieu de leur donner des directives (Soleil-Jupiter faibles), j’essaie plutôt de les exciter (Vénus-Mars dominants). Je leur dis qu’il faut qu’ils soient heureux, que c’est le moment pour eux de communiquer des choses très personnelles... J’ai toujours peur de me raconter trop moi-même..." (faiblesse de Soleil-Jupiter toujours).

Lorsque Vénus, Mars et Neptune sont en désaccord (après tout, Vénus et Neptune sont dissonants) Bashung voit les élans spontanés de son cœur (Vénus) parasités par ses fantasmes perturbants, des chimères inquiétantes, de soudaines lubies venues d’il ne sait où (Neptune). Ses désirs naïfs l’entraînent dans des situations affectives confuses et ambiguës. Ainsi évoque-t-il "cette façon qu’on a, à travers nos relations professionnelles ou affectives, de se fabriquer les uns les autres : on se transforme mutuellement, on se manipule, et si parfois le résultat est probant, d’autres fois il se produit une catastrophe. Chacun a sculpté l’autre et, au bout d’un moment, on s’aperçoit qu’on a sculpté deux monstres. Alors on part, on s’enferme, afin d’essayer de se désintoxiquer de l’influence de l’autre. Ce que je raconte m’est arrivé. Chacun de mes disques s’est construit sur une rupture, un chaos affectif ou un déménagement". Ces "chaos affectifs" se produisent, en somme, lorsque Neptune vient perturber Vénus. Bashung est alors prisonnier de puissantes et profondes aspirations affectives (Neptune) qu’il ne parvient pas à incarner dans la vie à deux (Vénus). Tout se passe comme si son cœur (Vénus) était trop petit pour contenir les manifestations protéiformes de son imaginaire ou de son inconscient (Neptune). Ses intuitions (Neptune) peinent à trouver les images-modèles (Vénus) qui pourraient les incarner : de ce fait, il est vague, confus, sibyllin, parfois complètement incompréhensible.

Uranus-Neptune : l’intuition juste

Alain Bashung est nanti d’une intuition incroyablement juste qui le fait réagir, sans même avoir à y penser, avec flair et à propos dans son vécu (Neptune), avec rigueur et clarté dans sa vision du monde (Uranus). Son volontarisme intransigeant (Uranus) se double d’un grand sens de l’humain et du collectif. Inspiré et charismatique, organisé et clairvoyant, son riche et foisonnant imaginaire se déploie librement et accouche de nouvelles, surprenantes, audacieuses et originales façons de vivre et de penser.

La fonction d’Uranus, dominant dans son thème, est de "représenter la Transcendance", c’est-à-dire simplifier le complexe, unifier la diversité. Jean Fauque, son parolier actuel, décrit bien le fonctionnement uranien de Bashung : "Parfois, il va rebâtir totalement une chanson autour d’une idée force avec des éléments épars pris dans plusieurs textes, ou alors il me demandera simplement d’être un catalyseur, de lui tendre la perche en précisant une idée encore trop floue chez lui. Souvent, il trouve une unité là où je n’en voyais pas dans mon écriture, en mettant en évidence une métrique : il met son cerveau dans le squelette". Voilà pour le Bashung uranien, cérébral, rigoureux, aux intuitions percutantes...

Quand Uranus dissone Vénus...

Finissons ce survol du thème de Bashung par l’opposition Vénus-Uranus. Lorsque son côté uranien l’emporte sur son côté vénusien, Bashung est souvent tenté d’exercer sur ses affects (Vénus) un fort contrôle cérébral (Uranus) pour essayer de s’en protéger. Il théorise à outrance au mépris des réalités du cœur. Parfois, son indépendance intransigeante se réveille (Vénus) et crée un climat de tension extrême dans sa vie affective. Lorsqu’il éprouve une antipathie épidermique (Vénus) pour quelqu’un, il peut se montrer froid, cassant, hautain, crispé (Uranus).

Article paru dans le n° 2 d’Astrologie naturelle (avril 1998).

Le petit livre du Sagittaire

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Sagittaire selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Sagittaire en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard



Imprimer Imprimer cet article
Rechercher sur le site :

Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé