AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le jupitérien en bande dessinée  L’Esprit Mercure de C.G. Jung : une leçon de symbolisme  Astro-psychanalyse théorique et pratique  L’horloge photopériodique du genou  Kathmandu  Les Aspects planétaires  Astrologie et médecine : corps astral et psychosomatique  Orson Welles, le Taureau qui en disait trop
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsAstro-physiqueAstronomie des planètes


Neptune astronomique

Neptune fut découverte grâce aux perturbations qu’elle exerce sur l’orbite d’Uranus. En effet, après la découverte d’Uranus, les scientifiques remarquèrent que son orbite ne se conformait pas aux lois de Newton. On pu ainsi prédire la présence d’une autre planète plus distante qui devait perturber l’orbite d’Uranus. Neptune fut donc observée en premier par Galle et D’Arrest en 1846 au point exact prédit indépendamment par Adams et Le Verrier à partir de calculs basés sur l’observation des positions relatives de Jupiter, Saturne et Uranus.

Neptune occupe la huitième orbite autour du Soleil.

Mythologie : Dans la mythologie romaine, Neptune-Poséidon était le Dieu de la Mer. Selon Wikipedia, « la divinité italique Neptune prend une grande partie des caractéristiques et attributs de Poséidon. Pourtant, Neptune est à l’origine une divinité de conception latine. Sa transformation en maître des Océans correspond à une période où la puissance romaine commence à se tourner vers le contrôle des voies maritimes de la Méditerranée : les Latins ont su transformer une ancienne divinité des eaux douces en dieu des Mers, en adéquation avec les mutations de leur civilisation ».

Neptune fut découverte grâce aux perturbations qu’elle exerce sur l’orbite d’Uranus. En effet, après la découverte d’Uranus, les scientifiques remarquèrent que son orbite ne se conformait pas aux lois de Newton. On pu ainsi prédire la présence d’une autre planète plus distante qui devait perturber l’orbite d’Uranus. Neptune fut donc observée en premier par Galle et D’Arrest en 1846 au point exact prédit indépendamment par Adams et Le Verrier à partir de calculs basés sur l’observation des positions relatives de Jupiter, Saturne et Uranus. Un conflit international opposa alors les anglais et les français (Adams et Le Verrier semblèrent ne pas prendre partie personnellement à ce conflit) quant à savoir lequel des deux avait la priorité de la découverte et ainsi le droit de la nommer. Ils sont aujourd’hui crédités ensemble de la découverte.

Pluton, à cause de son orbite très excentrique, croise parfois l’orbite de Neptune. Ainsi, depuis 1979 Neptune est en fait la planète la plus distante du Soleil, et Pluton le sera à son tour à partir de 1999.

La composition de Neptune est probablement similaire à celle d’Uranus : des glaces et roches diverses avec 15 % d’hydrogène et un peu d’hélium. Tout comme Uranus, mais contrairement à Jupiter et Saturne, elle ne semble pas posséder de noyau et sa composition serait ainsi plus ou moins uniforme. Son atmosphère est principalement composée d’hydrogène et d’hélium avec de petites quantités de méthane. La couleur bleue de Neptune est le résultat de l’absorption de la lumière rouge par le méthane de son atmosphère. Comme les autres géantes gazeuses, Neptune présente des vents rapides confinés en bandes de latitude ainsi que d’énormes tempêtes et cyclones. Les vents de Neptune sont les plus rapides du système solaire et approchent les 2000 km/h. Comme Jupiter et Saturne, Neptune possède une source de chaleur interne. Elle émet deux fois plus d’énergie qu’elle n’en reçoit du Soleil.

Neptune possède aussi des anneaux. Des observations terrestres ne révélèrent que de faibles arcs à la place d’anneaux complets mais les images de Voyager 2 montrèrent des anneaux complets avec des parties brillantes. Tout comme Uranus et Jupiter, les anneaux de Neptune sont très sombres mais leur composition reste inconnue. Le champ magnétique de Neptune est curieusement orienté et probablement généré par des mouvements plus proches de la surface que du centre de la planète.

Neptune peut être vue à l’aide de jumelles (si vous savez exactement où regarder) mais un gros télescope est nécessaire pour voir autre chose qu’un disque minuscule. Neptune possède 8 satellites connus : 7 petits et le plus gros, Triton. SUITE

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- Neptune-Poséidon
- La déplanétisation de Pluton
- Profil psychologique du Neptunien
- Signification de Neptune dans le R.E.T.
- Le temps de l’au-delà
- Stade neptunien (de 84 à 164 ans) : l’âge de la dépersonnalisation
- Famille « T extensif » (Transcendance extensive)
- Famille « e intensif » (existence intensive)


Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé