AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  La fonction « aveugle » et le S.O.R.I.  La fonction marsienne ‘eE’ (existence de l’Existence)  Maurice Pialat, caméra Vierge au poing  Astronomie élémentaire du système solaire  Aspects marsiens dissonants (Mars dominant)  Dominique Voynet monstre vert ? Mars attaque !  Verseau R.E.T.  Les canons du R.E.T.
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-pratiqueLes astro-entretiens de Françoise HardyChanson


Souad Massi, le parfum Vierge du chèvrefeuille

Une étoile a quitté le ciel de l’Algérie pour venir briller dans celui de la France : belle, généreuse, courageuse, humble et émouvante, Souad Massi chante la langue arabe, de sa voix douce et mélancolique, sur des musiques proches du folk-rock. On la compare déjà à Joan Baez ou Tracy Chapman. Dans son pays, elle était une super-star très populaire, mais aussi une militante gênante tant pour le pouvoir en place, détenu par des militaires corrompus, que par les terroristes islamistes du G.I.A. Sous la pression du gouvernement, elle est licenciée du cabinet d’urbanisme où elle travaillait comme ingénieur. De l’autre côté, les fous d’Allah menaçaient d’assassiner cette femme trop libre. La mort dans l’âme, elle a du traverser la Méditerranée pour se réfugier en France. Moins d’un an après, elle y est devenue une vedette. Rencontre avec une très grande dame de la chanson.



Françoise Hardy. Sur le plan des Signes, votre ciel est dominé d’une part par l’axe Verseau-Lion, d’autre part par la Vierge, votre signe solaire. D’un côté, la Vierge porte à se retirer du monde, à se cacher pour s’en protéger, à rester dans sa bulle, alors que l’axe Verseau-Lion donne envie d’ouvrir toutes grandes les fenêtres sur l’extérieur. Ressentez-vous cette dualité ?

Souad Massi. Je me reconnais dans les deux attitudes. J’aime bien m’isoler et en même temps j’apprécie les voyages et les rencontres avec des gens nouveaux…

La Vierge et une dominante lunaire prédisposent à se rendre plus ou moins prisonnier de tout ce qui sécurise, alors que l’axe Verseau-Lion et une dominante mercurienne incitent à se libérer des carcans en tout genre, de celui de la routine en particulier. De quoi vous êtes-vous sentie intérieurement le plus prisonnière jusqu’ici ?

Je n’arrive pas à m’exprimer comme je veux, que ce soit avec mon corps ou avec la parole. Aujourd’hui, j’arrive mieux à dire ce que je pense, alors qu’avant j’en étais incapable. Mais je n’arrive toujours pas à m’exprimer avec mon corps. Sur scène par exemple, je n’arrive pas à bouger, à danser comme je voudrais.

Mettez-vous cela sur le compte d’une certaine timidité ou d’une certaine rigidité — ceci découlant de cela — ? La Vierge souffre souvent de raideurs dûes à ses blocages autoprotecteurs…

Je pense qu’il s’agit d’un blocage…

L’axe Verseau-Lion est un axe de volonté et de confiance en soi alors que la Vierge porte à hésiter et douter de soi. Est-ce que le doute virginien vous freine dans votre aspiration à avancer, à progresser ?

C’est ça : il y a des moments où j’ai vraiment confiance en moi et d’autres où jusqu’à la dernière minute, je me dis : je ne suis pas capable de faire ça… C’est pourquoi j’ai chaque fois l’impression de me lancer des défis …

D’un côté, il y a la prudence virginienne qui incite à rester à l’intérieur de ses limites et de l’autre, effectivement, le goût du défi de l’axe Lion-Verseau qui incite à les dépasser. La meilleure façon de vivre cette apparente contradiction, serait de savoir refuser les expériences susceptibles d’emmener trop loin, comme celles susceptibles de ne pas emmener assez loin.

Comment réagissez-vous devant une proposition ?

D’abord j’écoute, j’analyse ce qu’on me dit, j’analyse l’information. Je manque d’expérience dans beaucoup de domaines, alors j’écoute avec attention la personne qui en a plus que moi et j’essaye d’apprendre à travers elle. L’écoute de ceux qui peuvent m’apprendre quelque chose, est pour moi une leçon.

Quand vous vous lancez dans quelque chose, vous faut-il des garde-fous ?

Non, pas du tout.

La Vierge braque sur le négatif, alors que l’axe Verseau-Lion braque sur le positif. Qu’est-ce qui l’emporte chez vous ?

Je suis assez positive.

Vous êtes née peu avant le lever de la Lune, ce qui favorise des sentiments très forts d’appartenance au milieu d’origine, quel qu’il soit. En 1999, vous aviez une échéance astrologique majeure qui vous incitait à couper le cordon ombilical et vous avez décidé de rester en France. Cette décision a-t-elle été brusque ou mûrement réfléchie ?

J’ai pris mon temps. J’ai beaucoup réfléchi à ce que je voulais faire. Je voulais en finir avec tous les problèmes que j’avais en Algérie. J’ai beaucoup discuté avec ma famille à qui j’avais confié que je tenais vraiment à me lancer dans la carrière artistique. M’épanouir dans ce domaine implique autant de liberté sur le plan de la création artistique, que de sécurité sur le plan personnel. En Algérie je n’avais ni l’une ni l’autre.

Avec une Lune-Verseau dominante, il devrait être essentiel pour vous de vous sentir à la fois appartenir à un groupe, une famille ou une communauté qui vous portent sans vous emprisonner pour autant.

C’est vrai. J’ai besoin de mes repères. C’est pour ça, entre autre, que j’observe le carême (au moment de l’entretien, nous sommes en plein ramadan) et j’y tiens beaucoup ainsi qu’à d’autres choses auxquelles je m’accroche, tout en arrivant à avoir suffisamment de détachement pour ne pas être trop touchée…

Pourriez-vous travailler autrement qu’en famille ?

Non, je ne pourrais pas. Je suis quelqu’un qui s’attache facilement et j’ai fondamentalement besoin de l’énergie qui circule entre Abdel (son mari qui est aussi son manager) et moi, entre mes musiciens et moi. Il me serait inconcevable de travailler toute seule. Leur présence m’est indispensable…

Mais cette présence ne doit pas seulement être confortante ? (Lune bien reliée à Saturne et Uranus.)

Je suis très exigeante avec moi-même, j’ai besoin d’avis critiques et je pars du principe que ce sont les personnes qui m’aiment le plus, qui seront le plus à même de me dire la vérité.

Une dominante lunaire peut autant prédisposer à avoir besoin d’être maternée, entourée, sécurisée qu’à avoir besoin de materner l’entourage. Les bons aspects entre la Lune, Uranus et Saturne laissent penser que vous êtes à même de prendre les autres en charge…

C’est ce que je fais tout le temps… Je ne sais pas trop si c’est inconscient ou délibéré mais il se trouve, en effet, que je m’intéresse toujours aux affaires des autres, je fais très attention à eux. Il me semble que j’ai davantage besoin de les materner que d’être maternée par eux… À son mari : Qu’en penses-tu ? C’est vrai ou pas ?

Abdel : Il y a les deux. Tu as besoin parfois d’être maternée mais tu maternes très bien aussi.

Besoin d’être sécurisée plutôt ?

Abdel : C’est ça, plutôt « sécurisée » que « maternée »… En même temps, Souad est quelqu’un qui materne vraiment son entourage…

Celui-ci sait pouvoir compter sur vous quoi qu’il arrive ?

Souad Massi : Oui, je crois…

La personnalité lunaire est naturelle, bienveillante, capable par sa seule présence d’apaiser les tensions ambiantes, alors que la composante uranienne permet d’exercer une autorité et d’amener les autres où l’on pense qu’il est bon qu’ils aillent — tant pour eux que pour soi…

Je suis à l’écoute des autres, je discute avec eux, mais jusqu’à un certain point seulement. Il y a des limites à ne pas dépasser et à partir desquelles je n’accepte plus rien.

Êtes-vous autant à l’aise dans les rapports tant lunaires que virginiens où vous vous mettez au service de quelqu’un ou de quelque chose, que dans les rapports uraniens d’autorité ?

Il m’arrive bien sûr de prendre des décisions…

L’opposition Lune-Mercure sur l’axe Verseau-Lion vous prédispose à être la chantre d’une liberté spontanée et naturelle, tandis que les trigones d’Uranus et Saturne à la Lune vous rendent sensible au fait qu’il n’y a pas de liberté sans volonté, ascèse, rigueur et contraintes. Comment gérez-vous ce paradoxe ?

(Vaguement effrayée) Ces termes sont très compliqués ! (réfléchissant) Si on est libre, on est conscient de cette liberté, et, à partir du moment où on a cette conscience, on est à même de se réjouir de cette liberté, on réalise beaucoup de choses, en particulier ce que vaut la liberté… Est-ce que ça répond à la question ?

Être née en Algérie où la liberté n’est pas acquise d’office, constitue évidemment un conditionnement très différent de celui de quelqu’un né en France… Par Mercure, vous devriez privilégier la liberté de rencontrer des gens nouveaux comme vous l’avez déjà dit, celle aussi d’être légère, insouciante, de ne pas faire des choses qui portent à conséquence, des choses sans rime ni raison, alors qu’il y a une autre partie de vous qui a du mal à se laisser aller, qui a besoin de se canaliser vers un objectif précis…

… mes questions n’ont pas l’air de vous inspirer beaucoup…

C’est surtout que pour y répondre, je dois m’imaginer dans différentes situations…

Abdel : Ce que vous dites ressemble plus à un constat qu’à des questions…

C’est vrai. La question serait : comment arrivez-vous à concilier le besoin d’une stabilité globale (Lune), avec celui de rester ouvert à tous les imprévus (Mercure) ?

Souad Massi : J’ai appris à gérer cette contradiction. Avant, être stable pour moi c’était avoir une maison et le noyau de cette stabilité c’était ma famille, ce qui me permettait de partir et de revenir. Actuellement, du fait qu’Abdel et moi sommes sans cesse sur la route, il n’existe pas de vraie stabilité, au sens propre du terme. Il me faut des repères mais je crois que le repère le plus important, c’est d’être avec quelqu’un que j’aime. À partir de là, je peux voyager. L’important n’est pas d’avoir un lieu, c’est d’avoir un équilibre partout où l’on va.

Vous sentez-vous davantage « famille » ou « rencontres » ?

Davantage famille…

Une forte composante mercurienne donne en général pas mal de fantaisie. On vous imagine difficilement ainsi quand on ne vous connaît pas…

J’ai un côté très enfantin, très petite fille…

Cela relève aussi de votre dominante lunaire, avec Mercure on a davantage une dimension ludique, un côté lutin, mutin, coquin…

Il y a des périodes où j’ai envie d’être coquette, futile… où je joue comme une petite fille… je me maquille, je me démaquille… Je suis très joueuse… Je taquine tout le monde…

Abdel :. Son bassiste a très peur des papillons de nuit. Souad ne fait pas la différence entre les papillons de nuit et les autres. Un jour, pendant que les musiciens faisaient la balance, elle est partie attraper des tas de papillons et à la fin du concert, elle s’est dépêchée d’aller à l’hôtel prendre la clé de la chambre du bassiste pour y lâcher tous les papillons…

Souad Massi : (riant de bon cœur) Il ne comprenait pas comment tous ces papillons avaient pu arriver dans sa chambre…

Abdel : C’est un exemple, il y en a beaucoup d’autres…

Souad Massi : Je joue beaucoup. Comme un enfant…

Bien que vous ayez dit que vous analysez longuement les choses, avoir la Lune et Neptune dans ses premières dominantes fait fonctionner à l’instinct, au feeling…

Même si je prends toujours mon temps pour réfléchir et comprendre, car ce qui est dit est souvent sujet à des erreurs d’interprétation, je fonctionne à l’instinct.

La Vierge aime bien comprendre avec les mots et qu’on lui mette les points sur les ‘i’. Neptune — et la Lune peut aller aussi dans ce sens — privilégie au contraire le non-dit. Cela explique peut-être les difficultés à vous exprimer verbalement que vous évoquiez… Le neptunien ressent fortement ce qu’on ne peut pas réduire en mots, il est réceptif à l’irrationnel, il a une sorte de sixième sens…

Il m’arrive de penser à quelqu’un que je n’ai pas vu depuis longtemps et de rencontrer cette personne le jour même où j’y ai pensé… Ce sont des petites choses… Il y a les rêves aussi… Je fais des rêves et j’en retrouve ensuite une partie dans la réalité… Mais ma mère fait beaucoup plus de rêves prémonitoires que moi…

Vous pourriez reprendre à votre compte ce que Saint-Exupéry a écrit dans Le Petit Prince : « le langage est source de malentendu… l’essentiel est invisible pour les yeux… on ne voit bien qu’avec le cœur » ?

On juge souvent sur l’apparence mais si l’on regarde avec le cœur on peut voir des choses que les yeux ne montrent pas… C’est sûr… Personnellement je me garde de juger sur les apparences, ce n’est pas du tout mon réflexe…

Vous « sentez » les autres…

Je fonctionne au feeling, aux sentiments…

Abdel : … aux sensations…

Souad Massi : Il me serait impossible de travailler avec quelqu’un avec qui je n’aie pas un bon feeling. Même avec un super-musicien, il faut que le courant passe pour que je me sente à l’aise, sinon ça ne fonctionnera ni sur scène ni en studio… Mes chansons sont tellement intimes que je serais incapable de les partager avec quelqu’un avec qui rien ne se passe…

Vous écrivez vos textes et composez vos musiques. Considérez-vous l’inspiration comme une grâce de nature irrationnelle ?

Il m’arrive de rêver d’une chanson, d’une musique et de la réaliser ensuite, de la chanter… On ne sait pas d’où vient l’inspiration…

Avez-vous le sentiment qu’elle ne vient pas seulement de vous ?

Cela m’arrive pour certaines chansons, par exemple la première de mon album (ndlr. « Raoui », une chanson particulièrement inspirée). Il m’arrive aussi d’écrire un texte et de ne pas le lire parce que j’ai peur de le lire…

Un peu comme s’il vous était venu par le biais de l’écriture automatique ?

Ça m’est parfois arrivé d’écrire des textes dans un état second. Une fois, j’ai fait un cauchemar et quand je me suis réveillée, j’ai commencé à écrire sur une enveloppe qui se trouvait à côté de moi. Je n’aimais pas ce texte qui parlait de guerre, de sang, de mort, de tombes, du bien et du mal, etc. Il était si glauque que j’ai eu peur et ai dû réveiller Abdel. Mais ça ne m’est arrivé qu’une fois et je n’aimerais pas que ça m’arrive à nouveau. Je pense que c’est l’inconscient qui s’exprime ainsi…

Il y a dans votre ciel une configuration Soleil-Mars-Jupiter peu valorisée, qui fait supposer que les réalités trop concrètes, pragmatiques, matérielles, financières ne vous intéressent pas vraiment…

… c’est Abdel qui s’occupe de ça. En dehors du loyer à payer et des choses de ce genre, je ne pense jamais à l’argent, je n’y ai jamais pensé. Pour ça et le reste, je suis trop bordélique…

Que voulez-vous dire par « bordélique », vous ne l’êtes sûrement pas dans tous les domaines ?

Par exemple, j’aime faire des tas de choses en même temps, je n’arrive pas à bien gérer mon temps…

Vous n’êtes pas quelqu’un d’organisé ?

Pas du tout.

Vous êtes ponctuelle pourtant ? Vous étiez à l’heure à notre rendez-vous.

(Désignant Abdel). C’est lui ! Si on me laisse dormir, je peux rester dans mon lit jusqu’à trois heure de l’après-midi !

Les réalités trop brutes, brutales, ne devraient pas trop être votre truc non plus, bien que j’aie lu quelque part que vous auriez été un véritable garçon manqué, ce qui pour l’astrologie peut relever de Soleil-Mars…

J’ai encore ce côté aujourd’hui, mais il ne se manifeste que dans ma vie professionnelle. Par exemple, je ne pense jamais que je ne pourrai pas faire telle ou telle chose parce que je suis une fille. Je pense que je suis comme les autres et que si les autres y arrivent, il n’y a aucune raison pour que je n’y arrive pas. Je suis un homme comme eux… (rires) sans oublier pour autant que je suis une femme… (rires) Il n’y a pas longtemps que je suis une femme pourtant. Je suis restée incroyablement gamine dans ma tête jusqu’à l’âge de 27 ans… Jusque-là, je ne faisais pas attention à ce que je faisais…

Vous avez 29 ans. À quoi attribuez-vous cette transformation ?

À la rencontre avec l’homme de ma vie… (ndlr. Sous l’échéance Uranus-Lune qui demande de passer de l’état d’enfance à l’âge adulte) C’est vrai hein ? (elle tourne la tête vers Abdel qui opine discrètement du chef). Avant, je me sentais parfaitement bien avec des gamines de 13/14 ans… Abdel a su me donner confiance en moi. J’ai été garçon manqué en Algérie parce que je voyais que seuls les garçons avaient le droit de jouer dehors, d’étudier, de faire du sport ou de la musique. Je trouvais qu’il n’y avait pas de raison que je ne puisse pas faire de sport ou de musique, que je n’aie pas le droit d’étudier si j’en avais envie…

Autrement dit, être un garçon manqué ne consistait pas à être violente, à tout casser…

Non pas du tout…

… à grimper aux arbres…

Abdel : Si, elle grimpait aux arbres…

Souad Massi : Ah oui ! On avait un jardin et chaque fois que je faisais des bêtises, je montais dans un arbre et y restais au moins deux heures…

Tout en étant plutôt repliée sur vous…

Ah oui, oui… Je ne parlais jamais, j’étais excessivement timide… Par exemple, si j’allais acheter un gâteau et qu’on ne me donnait pas celui que j’avais demandé, je n’osais rien dire, je le prenais quand même… Ça me rendait malade… J’étais très renfermée…

À quoi attribuez-vous cette timidité ? Y a-t-il eu quelque chose sur le plan de vos rapports familiaux qui ait pu vous rendre ainsi ?

Ce n’était pas la famille. Mes frères et sœurs n’avaient pas ce problème. Je ne sais pas… Je refusais tout, je voulais vivre dans un monde parallèle où je puisse donner un sens à ma vie, alors je me suis renfermée dans une sorte de rejet généralisé…

Vous avez pourtant fait des études assez poussées…

Justement, je me suis renfermée dans mes études dans le sens où je ne faisais que ça… Je n’avais pas d’amis. Je voulais réussir. J’avais peur de l’échec. Mais je voulais réussir pour moi-même et par moi-même.

Ce que vous dites évoque votre Signe solaire qui redoute toujours de ne pas être à la hauteur, tout en tenant à l’être… La peur de ne pas réussir est un moteur qui incite à se donner encore plus de mal que tout le monde…

Je me souviens que je pouvais m’enfermer seule dans ma chambre quand tout le monde faisait la fête. Avec le recul, je ne comprends pas trop mon comportement… D’une certaine façon, je me faisais du mal volontairement…

La Vierge est un Signe inconfortable à vivre, en ce qu’il braque sur les défauts personnels et aussi sur tout ce qui peut les faire dangereusement ressortir, au point d’empêcher de se mêler aux autres…

Je n’ai pas grandi non plus dans une famille qui était réellement équilibrée, ça a dû beaucoup jouer…

Mais vous avez dit que vos frères et sœurs n’ont pas eu vos problèmes…

Oui, c’est vrai…

Les Lunaires dont vous êtes, sont à priori très calmes et ont besoin de dormir beaucoup (rires : Souad Massi baille à s’en décrocher la mâchoire depuis un bon petit bout de temps et ne met pas ça sur le compte du jeûne auquel le ramadan l’astreint, mais sur le fait qu’elle n’a pas eu ses dix heures de sommeil). Que faut-il pour vous que vous sortiez de vos gonds, pour que vous vous mettiez en colère ?

Je suis très calme, c’est vrai… Il m’arrive pourtant de piquer de grandes colères, mais même mes colères sont calmes… Je ne crie jamais… C’est le silence qui exprime ma colère… Un silence qui pèse…

Vous devriez aussi être très réticente vis-à-vis des apitoiements personnels ? (faiblesse de Vénus)

Si je souffre de quelque chose, je ne vais pas le raconter à tout le monde. Je suis quelqu’un de secret, je garde pour moi. Dès qu’il a un petit problème, l’un de mes frères appelle ma mère pour en parler… Je n’aime pas ça, je n’aime pas faire partager ce genre de choses, je préfère me taire et subir.

Votre image publique ne devrait pas vous obnubiler ? (Soleil peu valorisé)

Je respecte beaucoup les gens qui viennent à mes concerts et j’essaye d’être présentable mais ça ne va pas plus loin et même pour mon public, j’ai besoin de rester aussi simple, aussi naturelle que possible, pas trop maquillée. (ndlr. : Souad Massi ne porte aucun maquillage ce jour-là.) Dans la vie de tous les jours, jeans et T-shirt, c’est bon. Quand je mets des vêtement plus sophistiqués, c’est uniquement pour les gens qui sont là, ça me coûte, ça me fait drôle, j’aime pas.

Ressentez-vous comme dérangeant le fait d’avoir un statut qui vous mette d’une certaine manière au-dessus des autres ?

(Elle éclate de rire) Ça me fait rire, voilà tout…

Êtes-vous impressionnée quand vous rencontrez des gens qui ont ce statut ?

Je ne sais pas. J’apprécie les gens qui sont modestes… On est tous des êtres humains, on est tous pareils… Je n’aime pas les personnes qui prennent plus ou moins des airs sous prétexte qu’ils sont passés à la télé et sont connus… Quand on voit quelqu’un comme ça, on apprend ce qu’il ne faut pas être ni faire…

Il y a aussi tous ceux qui ne se comportent pas ainsi mais que leur statut situe objectivement au-dessus des autres… Vous aimez particulièrement le dernier Léonard Cohen. Si vous vous trouviez face à cet artiste quel effet croyez-vous que cela vous ferait ?

Je serais contente, peut-être impressionnée, mais je ne changerais pas, je serais comme je suis…

Vu la force de la Lune et la faiblesse de Vénus dans votre ciel, on pourrait penser que le couple ne saurait exister s’il n’est pas avant tout la base d’une famille…

Ce n’est pas encore le moment mais j’espère avoir un jour des enfants… (elle chuchote) Une petite fille…

En dehors de ce projet à moyen terme, quelles sont vos ambitions pour le futur ?

Je rêve de trouver une stabilité parce que je ne l’ai pas encore.

Comment ça ? Vous êtes mariée, ça marche bien professionnellement… Vous comprenez ce que Souad Massi veut dire, Abdel ?

Abdel : (laconique) : Oui…

Vous sentez votre position incertaine, menacée ?

Il se passe beaucoup de choses pour moi en ce moment, des tas d’événements se sont enchaînés et je n’ai pas eu le temps de tout analyser. J’ai les pieds sur terre, j’ai mon équilibre, mais je ne me sens pas encore stable.

Abdel : Il me semble qu’il s’agit plus de sécurité que de stabilité. (Souad acquiesce.) C’est-à-dire avoir un endroit à elle, où elle puisse se retrouver après tout ce travail…

Être un peu plus sûre du lendemain ? C’est un métier tellement aléatoire, surtout pour une Vierge…

Je ne pense pas à ça. J’ai confiance dans la vie. Si demain je dois arrêter parce que ça ne marche pas ou que je ne suis plus inspirée ou que je ressens le besoin de faire autre chose, je n’aurai pas peur parce que j’ai toujours fait autre chose.

La notion de sécurité est davantage liée à celle d’un territoire à vous ?

Il ne s’agit pas tant d’avoir une maison que de trouver et prendre le temps pour faire de l’ordre dans ma tête…

Abdel : Elle a tellement cavalé ! Elle n’a pas eu le temps de réaliser ce qui se passait.

Souad Massi : Sinon, je ne pense pas sans cesse à l’avenir, je vis au jour le jour… En faisant attention quand même…

Une dominante lunaire incite à vivre au jour le jour, Uranus et la Vierge donnent besoin d’orienter et contrôler sa vie…

C’est pour cette raison que si demain j’arrête de chanter, je donnerai une autre orientation à ma vie… Je ne m’arrêterai pas, je ferai autre chose qui donne un sens à ma vie. Je resterai peut-être à la maison, pourquoi pas ?

Surtout si vous avez une petite fille… Laissez-moi quand même vous dire que nous sommes de plus en plus nombreux à penser que vous êtes une grande artiste et que vous n’avez pas fini de nous enchanter avec votre voix et vos chansons.

Texte paru dans Astrologos, août 2001.

Cet article vous a été proposé par : Françoise Hardy


Le petit livre du Sagittaire

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Sagittaire selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Sagittaire en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé