AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Stade neptunien (de 84 à 164 ans) : l’âge de la dépersonnalisation  L’Astrologie, idées reçues, par René-Guy F. Guérin  Yves Ouatou et les Zécoles d’astro  Claude Lelouch, le Scorpion du treize  Le Taureau  Signe solaire et Signe Ascendant  Lune-Vénus  Mercure-Jupiter
Vous êtes ici : Accueil >Astro-documents >Pour débutants >Quand, comment, pourquoi l’astrologie ?

Témoignage astro de Yves Ouatou

C’est au tour d’Yves Ouatou de nous faire part de son cheminement à la découverte de l’astrologie. Comme il est incapable d’écrire une phrase sans faire dix fautes d’orthographe, de grammaire ou de syntaxe et au moins autant d’erreurs de raisonnement, le Fil d’ARIANA a préféré l’interviewer. Vous pouvez vous-même écrire sur votre expérience personnelle : nous publierons votre témoignage. N’ayez pas peur de prendre la plume !

Le Fil d’ARIANA : Depuis bientôt vingt ans, on vous retrouve dans presque toutes les publications conditionalistes. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Yves Ouatou : Je ne me l’explique pas. D’ailleurs, je n’ai jamais vraiment cherché à m’expliquer grand-chose. Je représente tout ce que les conditionalistes ne peuvent pas supporter : je suis un astro-symboliste tendance tiroir-caisse, je fais des voyances et tire des tarots de Marseille en agitant mon pendule sur les thèmes que j’interprète près de ma chouette empaillée et face à un poster d’Elisabeth Teissier sous ma pyramide égyptienne, je confonds sphère locale et boule de cristal, je vends des amulettes zodiacales et je fais des pubs honteuses dans les magazines horoscopiques les plus débiles. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ?

Quand êtes-vous pour la première fois rentré en contact avec les conditionalistes ?

Je suis apparu pour la première fois en 1981, dans le n° 3 des Cahiers Conditionalistes. Sans même citer mon nom, vous aviez fait un reportage sur moi en consultation. Mon consultant avait Mars en Scorpion en Maison VIII au carré du Soleil en Lion de la Maison IX. Il risquait donc la mort, et, grâce à ma relation avec un elohim de son plan de l’astral, je luis proposais un talisman protecteur. L’année suivante, lors du congrès conditionaliste de la Baume-les-Aix, j’avais mis une publicité sur une affiche éditée par le COMAC à l’occasion de cette rencontre, sans comprendre que cette affiche était un gag. D’ailleurs, ce congrès ne m’a pas rapporté un rond et je n’ai rien compris à ce que racontaient les conditionalistes. Mais pourquoi vous prenez-vous la tête avec vos trucs genre R.E.T., zodiaque réflexologique, fondements astrophysiques, neurophysiologiques et tout ça ? Qu’est-ce que ça vous rapporte ? Rien. Le Feu, la Terre, l’Air, l’Eau et le Maître de l’Ascendant progressé vus à la télé, y a que ça de vrai et surtout que ça qui marche. D’ailleurs, le peuple en redemande, et il se contrefiche des râleurs intellos de votre espèce. Ceci dit, comme je dis toujours, il faut de tout pour faire un monde. Je suis tolérant. Mais comptez pas sur moi pour ramer dans votre galère !

Vous êtes vraiment un excellent faire-valoir. Et que s’est-il passé après cette première rencontre ?

Ben, j’ai pas bien compris pourquoi, mais vous m’avez adopté. Je suis réapparu dans le n° 8 des Cahiers Conditionalistes, en 1983, dans une bande dessinée à propos d’une conférence sur La transformation de la conscience à l’aide des maîtrises ésotériques dans le zodiaque. Ça au moins c’est un sujet intéressant ! D’ailleurs, la salle était bourrée et j’ai fait un super chiffre d’affaires ce jour-là ! Après, vous m’avez complètement laissé tomber pendant quelques années. Remarquez, pour ce que ça me rapportait... Ensuite, je suis réapparu dans une revue où il y avait pas mal d’articles conditionalistes, Astrologie pratique. Je me souviens, c’était dans une B.D. sur Neptune. Je disais à une neptunienne un peu larguée que son Neptune était rétrograde, conjoint à la queue du Dragon et opposé à la conjonction Lilith-Proserpine. Elle avait donc un lourd karma neptunien, et je lui proposais de l’en libérer contre un chèque en blanc...

Passionnant... Et ensuite ?

Après, je n’ai plus quitté les cases des B.D. jusqu’au dernier numéro d’Astrologie pratique. Grâce à cette revue, je suis vraiment devenu célèbre. J’ai même été le personnage central d’une série où j’enquêtais sur tous les domaines de l’astrologie : la consult’, les anti-astrologues, les écoles d’astro, les astrologues, la librairie Aux Cultes, les dossiers astro dans la presse, l’astro-statistique, l’influence gravitationnelle des tours de la Défense, l’astromaton, l’astrologie médicale, les synastries, l’astro-recrutement, les horoscoops, les prévisions... C’était la grande époque !

Mais ça ne vous gênait pas d’être dépeint sous les traits d’un crétin et d’un escroc ?

Pas du tout, bien au contraire ! C’est la seule façon d’être un astrologue reconnu ! Grâce à la pub que vous m’avez faite, j’ai signé chez un grand éditeur pour écrire des collections d’horoscopes annuels, j’ai fait écrire par un nègre un grand et beau livre à la superbe iconographie et avec une préface de Dédé Bobar qui a été vu à la télé et dans le Nouvel Obs, et qui s’est vendu à plus de 100 000 exemplaires, et les gogos n’ont pas cessé d’affluer dans mon cabinet de consultations. Croyez-vous que j’aurais obtenu d’aussi bon résultats si vous aviez fait de moi un astrologue intelligent et honnête ?

Là, je dois reconnaître que vous avez raison... Je comprends bien pourquoi vous n’avez jamais été tenté par le conditionalisme...

Ah ça non ! Jamais ! J’ai beau être magico-symboliste, je n’en ai pas moins les pieds sur terre !

On peut dire ça comme ça... Et ensuite, que s’est-il passé ?

Une dure traversée du désert. Ça devait être la faute au transit pourri de Proserpine sur ma queue du Dragon. Heureusement, je suis réapparu dès le n° 1 d’Astrologie naturelle, dans un article sur La malédiction des horoscopes. Malheureusement, on n’avait pas cité mon nom, et je n’ai eu aucune retombée commerciale. Puis Astrologie naturelle m’a abandonné. Heureusement, le Fil d’ARIANA - encore une revue conditionaliste - m’a hébergé. Malheureusement pour me faire dire n’importe quoi dans une chronique baptisée Le dicton du semestre d’Yves Ouatou... Vous pourriez au moins respecter mon absence de pensée !

Là, vous pouvez toujours courir... Mais passons à autre chose : vous nous avez donné votre carte du ciel. Elle est étonnante : n’y figurent, en sus des Signes du zodiaque, que les Nœuds nord et sud, la Lune noire et la Part de fortune. Les Planètes ont disparu. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

... et vous oubliez de dire qu’il s’agit du zodiaque sidéral avec calcul de l’ayanamsa sur ordinateur karmique ! Dans mes cartes du ciel, je ne mentionne effectivement plus l’existence et la position des Planètes. C’est une affaire de cohérence magico-symboliste : les Planètes ont un poids, un volume, une masse, bref elles sont matérielles, quoi ! Et le matériel est l’ennemi du spirituel... A l’inverse, les Nœuds, la Lune noire et la Part de fortune sont des points fictifs, des points vides : le vide symbolique, voilà l’essentiel !

Pouvez-vous interpréter, pour les lecteurs du Fil d’ARIANA, l’opposition angulaire des Nœuds lunaires au sextile-trigone de la Lune noire au MC et au double carré de la Part de fortune en Maison II ?

Avec plaisir. Etant donné que le suis né avec les Nœuds angulaires, je suis du type Nœud-nœud : mon karma négatif au niveau individuel avec la queue du Dragon en Maison I est compensé par mon karma positif au niveau de la relation avec la tête du Dragon en Maison VII. Grâce aux bons aspects de la Lune noire au MC, je peux me faire une bonne future réincarnation en faisant profession de l’occulte ; enfin, avec la Part de Fortune en Maison II, ma vocation est de faire du fric... et avec les carrés des Nœuds, je risque d’être puni karmiquement si je n’en fais pas assez. C’est entre autre pour ça que je suis et reste magico-symboliste, vous comprenez ?

Absolument... Pour finir, quel est votre dicton du semestre ?

“Au plan historique, la “tradition”, pour les plus grands astrologues, était conditionaliste. Il n’y aurait pas lieu d’insister si les tendances magistes, également liées aux origines de l’astrologie n’avaient, dans leur triomphalisme, grossièrement étouffé la voie naturelle. Ces tendances tiennent avec morgue le haut du pavé, soutenues par le mercantilisme qui déteste tout ce qui rebute l’acheteur et complique l’argument de vente”. Euh... mais qu’est-ce que vous me faites dire encore ? C’est un texte de Nicola, ça ?

Eh oui. C’est votre karma astral pourri qui vous vaut ça.

Voir aussi :

- Yves Ouatou et les Zantis
- Yves Ouatou et les Zastrologues
- Yves Ouatou et l’anti-astrologisme médiatique
- Yves Ouatou et les tours de la Défense
- Yves Ouatou et les Zécoles d’astro
- Yves Ouatou et la consult’
- Yves Ouatou et la synastrie
- Yves Ouatou et l’astromaton
- Yves Ouatou et l’astro-recrutement
- Yves Ouatou et la librairie Aux Cultes
- Yves Ouatou et les horoscoops
- Yves Ouatou et l’astrologie médicale
- Yves Ouatou et l’astro-statistique
- Yves Ouatou et les prévisions

Voir aussi :

- Le lunaire en B.D.
- Le mercurien en B.D.
- Le vénusien en B.D.
- Le solaire en B.D.
- Le marsien en B.D.
- Le jupitérien en B.D.
- Le saturnien en B.D.
- L’uranien en B.D.
- Le neptunien en B.D.
- Le plutonien en B.D.

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard



Imprimer Imprimer cet article
Rechercher sur le site :

Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé