AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le jupitérien en bande dessinée  L’Esprit Mercure de C.G. Jung : une leçon de symbolisme  Astro-psychanalyse théorique et pratique  L’horloge photopériodique du genou  Kathmandu  Les Aspects planétaires  Astrologie et médecine : corps astral et psychosomatique  Orson Welles, le Taureau qui en disait trop
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories générales


La Théorie des âges planétaires

Introduction à la Théorie des âges planétaires par Richard Pellard

Il existe un moyen d’étudier et de comprendre, sur le vif, les significations planétaires. Chaque astre du système solaire a sa période de révolution sidérale caractéristique (d’environ 27 jours pour la Lune, satellite de la Terre, à environ 248 ans pour Pluton, la plus excentrique des planètes). Le développement de ces cycles et intercycles (temps) induit des variations de structure (modèle R.E.T.) périodiques à l’intérieur du système. Comment les hommes, habitants de la Terre, partie intégrante de cette (...) Lire la suite...

Stade lunaire (de 0 à 1 mois) : l’âge de la communion par Richard Pellard

Le premier mois de la vie est considéré comme une période néo-natale : elle constitue en quelque sorte un temps de transition entre la vie intra-utérine, où le fœtus dépendait exclusivement de sa mère tant pour sa survie que pour les sensations et émotions qui le traversaient, et sa nouvelle existence indépendante. Que fait-il pendant ce premier mois ? Il consacre avant tout entre 17 et 20 heures par jour à vaquer à son occupation préférée : dormir, d’un sommeil qui, tout d’abord irrégulier, se (...) Lire la suite...

Stade mercurien (de 1 à 3 mois) : l’âge de la communication par Richard Pellard

Passé le premier mois de son existence, marqué, nous l’avons vu, par l’indifférenciation et la fusion avec son milieu ambiant, l’observation attentive de ses multiples nouveaux comportements montre que le bébé perd progressivement et irrémédiablement cette perception globale et homogène du monde extérieur. Pendant la cinquième semaine se produit en effet une véritable révolution à l’intérieur de son système nerveux central : ses cinq sens se différencient de plus en plus dans un climat anarchique, alors (...) Lire la suite...

Stade vénusien (de 3 à 7 mois 1/2) : l’âge de l’affection par Richard Pellard

Trois mois déjà se sont écoulés depuis la naissance de l’enfant. Que le temps passe vite ! Et pendant ce temps, silencieusement, les planètes continuent leur course autour du Soleil. Trois mois, c’est le temps qu’il faut pour accomplir sa première révolution, marquant ainsi la fin du stade mercurien. Désormais, l’astre lointain qui va présider aux nouveaux apprentissages du bébé est Vénus, dont la durée de révolution est très exactement de 225 jours. Les astrologues ont fait de Vénus la planète de l’amour, (...) Lire la suite...

Stade solaire (de 7 mois 1/2 à 1 an) : l’âge de l’identification par Richard Pellard

Le stade lunaire a duré un peu moins d’un mois, le stade mercurien presque deux mois, le stade vénusien quatre mois et demi. Avant d’aborder le stade solaire, long lui aussi de quatre mois et demi, le bébé a appris à se sentir à l’aise, en harmonie avec son milieu ambiant (Lune), à communiquer, prendre contact tous azimuts, s’étonner de ce qui l’entoure et exercer sa curiosité spontanée (Mercure), puis à s’attacher, créer des liens avec autrui et découvrir sa sensorialité ainsi que la puissance de ses (...) Lire la suite...

Stade marsien (de 1 à 2 ans) : l’âge de l’action par Richard Pellard

La période dite « contemplative » du bébé prend fin à un an, durée de la révolution de la Terre autour du Soleil. Pourquoi « contemplative » ? Parce que pendant ces douze mois, l’enfant ne disposait que d’une motricité des plus réduites qui le forçait à être plus contemplatif qu’actif. Durant cette première année, le monde extérieur lui apparaissait sous la forme d’un spectacle distrayant, d’une pièce de théâtre écrite par d’autres, d’une scène inconnue au sein de laquelle il devait apprendre à se familiariser (...) Lire la suite...

Stade jupitérien (2 à 12 ans) : l’âge de la socialisation par Richard Pellard

L’âge de deux ans marque une nouvelle étape dans le développement de l’enfant. Il cesse d’être un bébé et commence à faire tout son possible pour être admis dans la société des « grands ». De deux ans (durée de la révolution sidérale de Mars) à douze ans, il va faire quantité de nouveaux apprentissages placés sous la gouverne de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire, dont la durée de révolution sidérale arrondie est de douze ans. Le premier long stade Le stade jupitérien s’étale donc sur dix ans. (...) Lire la suite...

Stade saturnien (de 12 à 30 ans) : l’âge des interrogations par Richard Pellard

Douze ans déjà ! Le temps pour Jupiter de boucler un tour complet autour du Soleil, et l’enfant confiant, optimiste et conformiste du stade jupitérien se transforme soudain, au sortir de sa douzième année d’existence, en adolescent angoissé, pessimiste et rebelle. Il faut dire qu’une nouvelle planète prend le relais de son évolution : il s’agit de Saturne, dont la durée de révolution sidérale est d’environ trente ans. De douze à trente ans donc, celui qui n’est pas encore un adulte et plus tout à fait un (...) Lire la suite...

Stade uranien (de 30 à 84 ans) : l’âge de l’individualisation par Richard Pellard

À trente ans, l’enfance est déjà loin. En trente ans, le nouveau-né est en principe devenu un adulte autonome, indépendant, responsable et sûr de lui. Pourquoi alors évoquer dans ce livre la longue période de trente à quatre-vingt-quatre ans ? Parce que quand l’enfant devenu adulte échappe à ses parents pour vivre sa propre vie, il continue de grandir, d’apprendre, de se transformer, mais surtout parce que le long stade gouverné par la planète Uranus est celui que vivent les parents pendant qu’ils (...) Lire la suite...

Le temps de l’au-delà : de Neptune à Pluton par Richard Pellard

Avec Neptune et Pluton, nous entrons dans l’ère des très longues durées qui excèdent largement celle de la vie individuelle. La durée de révolution d’Uranus (quatre-vingt quatre ans) recouvre l’espérance de vie moyenne de l’Homme. À la fin du premier cycle d’Uranus, on a encore quelques chances d’appartenir au monde des vivants. Ce n’est plus le cas à cent soixante quatre ans, lorsque Neptune a fait un tour complet autour du Soleil, et encore moins à deux cent quarante-huit ans, lorsque se termine la (...) Lire la suite...

Stade neptunien (de 84 à 164 ans) : l’âge de la dépersonnalisation par Richard Pellard

Aborder le stade neptunien, c’est nécessairement parler de la durée de la vie. De combien d’années d’existence chaque individu dispose-t-il à partir de l’instant de sa naissance ? Seul un voyant-démiurge extra-lucide pourrait répondre à cette question. En tout cas, l’astrologie en est bien incapable : la date de la mort n’est pas déterminée par les cycles et rythmes des planètes du système solaire. Par contre, au niveau collectif, la durée moyenne de la vie peut être statistiquement déterminée : c’est ce (...) Lire la suite...

Stade plutonien (de 164 à 248 ans) : l’âge de la disparition par Richard Pellard

Il nous faut maintenant aborder la dernière tranche d’âge déterminée par les cycles des planètes du système solaire, celle qui peut paraître la plus saugrenue, la plus paradoxale, la plus absurde. En quoi cette période qui s’étend de cent soixante-quatre ans, durée du cycle sidéral de Neptune à deux cent quarante-neuf ans, durée de celui de la planète Pluton, peut-elle concerner l’individu ? Personne ne peut témoigner, preuves à l’appui, de ce qui peut se passer ou ne pas se passer à deux cent ans. (...) Lire la suite...

Dès deux mois, le réseau du langage est en marche par Richard Pellard

Dans l’article intitulé Astro-cerveaulogie paru en septembre 1991 dans le n° 17 des Cahiers conditionalistes, je faisais état des dernières découvertes en psychogénétique de la prime enfance réalisées par J. Mehler et E. Dupoux, chercheurs du laboratoire de sciences cognitives et de psycholinguistique commun au CNRS et à l’EHESS, découvertes exposées dans leur passionnant livre Naître Humain (Éd. Odile Jacob). Depuis, la science a encore progressé, confirmant une fois de plus (sans le savoir ni le vouloir (...) Lire la suite...

L’échéancier planétaire et la Théorie des âges par Richard Pellard

Chaque stade est l’occasion d’apprentissages puis de mémorisation d’expériences qui sont par la suite répétées. Le premier cycle de révolution sidérale de chaque planète est le cycle formateur par excellence : les expériences et apprentissages qu’il suscite et qui s’y greffent tendront, au cours des cycles suivants, à se répéter ; il y a renforcement des schèmes d’habituation. En d’autres termes : en observant le comportement d’un individu pendant le stade jupitérien, on pourra en déduire ses réponses les plus (...) Lire la suite...



Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé