AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  2.2. Céphéides, étoiles pulsantes  Stade neptunien (de 84 à 164 ans) : l’âge de la dépersonnalisation  Soleil-Mercure-Vénus, « Représentation extensive » et affectivité  Yves Ouatou et les Zantis en B.D.  Le rayonnement thermique et optique des planètes  Christian Clavier, un Taureau dans l’arène du rire  Le plutonien en bande dessinée  Les enfants du Soleil et le négationnisme anti-astrologique
Vous êtes ici : Accueil >Astro-pratique >Astro-portraits célèbres >Cinéma


Christian Clavier, un Taureau dans l’arène du rire

Ce Taureau-là a tout du veau d’or ou de la vache à lait. Ce zigoto n’hésite pas à chausser ses gros sabots pour nous faire plisser les zygomatiques. Hénaurme, caricatural, systématique, en un mot théâtral, Christian Clavier a réussi, en un seul film, à imposer le personnage de Jacquouille la Fripouille dans l’inconscient collectif. Monstrueux Minotaure du rire, prisonnier des labyrinthes du succès, il se repaît de chairs fraîches et riantes. Le rôle de Jacquouille la Fripouille lui colle désormais si étroitement à la peau (de vache ?) qu’une question se pose inévitablement : Jacquouille ne serait-il pas le sosie, le double monstrueux de Christian ? Pour y répondre, déroulons le fil d’Ariane de son thème natal…

À droite : Thème d’écliptique ; à gauche : Thème de domitude.

Les acteurs extravertis et Jupiter

Les travaux statistiques de Michel et Françoise Gauquelin ont mis en évidence le fait que les acteurs célèbres naissaient très fréquemment au moment du lever (AS), de la culmination supérieure (MC), du coucher (DS) ou de la culmination inférieure (FC) de Jupiter, c’est-à-dire avec un Jupiter dominant. C’est précisément le cas de Louis de Funès (31/7/1914 à 1 h 00 TU à Courbevoie), auquel on compare très souvent Christian Clavier : les deux hommes sont nés lorsque Jupiter était au Milieu-du-ciel, au plus haut de sa course quotidienne.

Les grands acteurs mythiques du passé (Louis Jouvet, Gérard Philippe, Raimu) sont eux aussi nés aux heures fortes de Jupiter. Parmi les plus célèbres acteurs contemporains français, c’est également le cas de Gérard Depardieu, Anne Brochet (Jupiter-AS), d’Emmanuelle Béart, Béatrice Dalle, Francis Huster, Gérard Jugnot (Jupiter-MC), de Fabrice Lucchini, Michel Blanc, Isabelle Huppert, Michel Piccoli, Valérie Lemercier (Jupiter-DS), Daniel Auteuil, Richard Berry, Christophe Lambert, Vincent Perez (Jupiter-FC).

Mieux : les acteurs extravertis naissent encore plus souvent que l’ensemble des acteurs célèbres aux heures fortes de Jupiter. La statistique a donc démontré qu’il existait une nette corrélation entre l’extraversion, la théâtralité, le goût de la représentation, et la présence de Jupiter à proximité des axes de la sphère locale.

Le Taureau est un rat aux dents longues…

Non, il ne s’agit pas d’astrologie chinoise. Encore moins de la réputation de parcimonie, voire d’avarice qui poursuit Christian Clavier. Le cinéaste François Leterrier voulait adapter au cinéma La Course du rat, une B.D. de Gérard Lauzier dénonçant ironiquement le parisianisme. Pour le rôle-vedette du film Je vais craquer, il hésitait entre deux jupitériens : Michel Blanc et Christian Clavier. Clavier a finalement emporté le morceau : « J’ai su d’emblée que Christian serait parfait pour jouer ce jeune cadre aux dents longues, le prototype du français qui veut réussir. Le médecin des « Bronzés » qui roule les mécaniques annonçait déjà le cadre moyen qui rêve d’écrire et se retrouve tout à coup fasciné par un microcosme parisien, artiste et mondain ».

Descendant d’une famille riche et bourgeoise dont les savons de Marseille ont fait la fortune, fils d’un médecin réputé, un des oncles de Clavier est en outre producteur. Ajoutez à cela une bonne dose de talent, l’ambition forcenée d’un Ascendant Lion et d’une conjonction Soleil-Jupiter dominante, et vous avez réuni tous les ingrédients du succès. Je vais craquer se taille un joli succès et Clavier commence sa fulgurante ascension d’acteur comique.

Soleil-Jupiter-Vénus en Taureau : les clés du succès

Le Soleil (exemplarité, idéal, besoin de briller), Jupiter (extraversion, ambition, besoin de reconnaissance publique) et Vénus (charme, sensualité, besoin de séduire) sont en conjonction dans le Signe du Taureau (stabilité, acharnement, obsessions)… et tout cela est nettement dominant dans le thème de Christian Clavier. Avec une conjonction Soleil-Jupiter-Vénus en Taureau, Christian Clavier éprouve un besoin irrépressible et quasi histrionique d’être sur le devant de la scène, d’attirer l’attention sur lui, d’être fêté, admiré, inconditionnellement reconnu, de prendre les poses qui en imposent. Le charmeur brillant (Soleil-Vénus) s’allie à l’ambitieux organisé (Soleil-Jupiter) avec une redoutable ténacité (Taureau) pour parvenir à ses fins : être le plus grand acteur comique de son temps, la glorieuse réincarnation hilarante de Louis de Funès.

Évidemment, une telle configuration planétaire n’incite pas à la modestie, bien au contraire. Elle pousserait plutôt, le succès étant au rendez-vous, à barboter dans une autosatisfaction pesante, répétitive et égocentrique. Pour le pire se conjuguent alors le narcissisme (Soleil), l’ostentation matérialiste (Jupiter) et l’appétit de jouissance obsédant (Vénus). Tous ceux qui ont approché Clavier depuis l’immense succès des Visiteurs n° 1 (14 millions d’entrées) en témoignent : la gloire lui a fait prendre la grosse tête et enfler les chevilles : « Christian Clavier et Jean-Marie Poiré avaient un discours insupportable. Du genre : nous faisons le plus d’entrées, donc nous sommes les meilleurs. Tous des cons sauf nous ! Ils débinaient tout le monde, y compris les anciens du Splendid ». En bon jupitérien du Taureau, il a au plus haut point le sens de ses intérêts tangibles et du tiroir-caisse…

Mercure-Bélier trigone Pluton : le rire grinçant

Dans le thème de Clavier, Pluton (froide distance, lucidité critique, marginalité) est à l’Ascendant, au trigone de Mercure (curiosité, communication, esprit ludique) en Bélier (vivacité, rapidité, goût des entrechocs). C’est là un deuxième pôle de sa personnalité : l’ironie décapante, le rire grinçant, l’humour noir, la verve satirique et le goût du double jeu. Avec le pôle Soleil-Vénus-Jupiter en Taureau il veut certes être consensuel, reconnu, drainer et fidéliser un vaste public. Mais avec Mercure-Pluton dominants eux aussi, il ne peut pas, sous peine de se trahir, caresser ce public exclusivement dans le sens du poil. Il lui faut l’amuser en le provoquant, le faire rire en étant iconoclaste : pas question d’humour strictement bon enfant…

Conjonction Mercure-Jupiter : « le bureaucrate du rire »

« Bureaucrate du rire » : tel était décrit Christian Clavier sur la couverture d’un récent Télérama. Avec une conjonction Jupiter-Mercure, il est en quête des lois, modèles et recettes pratiques (Jupiter) qui encadrent le rire, la détente, la gaieté (Mercure). Il oscille sans cesse entre l’humour « traditionnel » de fin de banquet (Mercure-Jupiter), celui qui, fait de bons mots et de gags répétitifs et attendus, garantit le succès, et l’humour iconoclaste (Mercure-Pluton) qui fait exploser le bon goût, dynamite les convenances et démolit les bienséances. Avec Mercure-Jupiter, on rigole ; avec Mercure-Pluton, on ricane…

Mercure entre rigolade et ricanement

Toute la difficulté est de trouver la bonne dose entre rigolade et ricanement, afin de ne s’aliéner aucun public. Cela tombe bien, le Taureau, le Lion et le Scorpion sont dominants dans le thème de Clavier et justement, ces Signes fixes sensibilisent aux problèmes de dose, de proportion, de combinaison. Trop de ricanements mercuro-plutoniens, et seuls les anarchistes vont voir ses films… ce qui ne fait pas beaucoup de recettes ! Trop de rigolades grand public avec succès garanti, et il risque de n’être qu’un amuseur public convenu, dont les gags, s’ils font toujours rire, n’étonnent plus.

Jusqu’à présent, le très Taureau Clavier était arrivé à trouver un équilibre statique mais efficace entre ces deux modes d’expression. On peut se demander si ce phénomène va se poursuivre : il est indubitable qu’il a pris la grosse tête et qu’il s’éloigne de plus en plus des tentations marginales de ses débuts dans la troupe du Splendid. Pour maintenir son statut de comique reconnu et populaire (Soleil-Jupiter-Mercure), il sera obligé de mettre en sourdine son côté dérangeant, iconoclaste (Mercure-Pluton). Il a d’ailleurs clairement pris ce chemin avec Les Couloirs du temps, où le burlesque du comique de répétition (Mercure-Jupiter) a nettement pris le pas sur la satire décapante (Mercure-Pluton).

Dès lors, son Mercure en Bélier est voué aux gags et pirouettes (Mercure) trépidants et pétaradants (Bélier), sévèrement contrôlés par un Jupiter-Taureau au fond très sérieux et conservateur : « il s’agit d’abord d’écrire des histoires. L’histoire prime toujours. Et c’est d’elle, de sa logique, que découlent les personnages, les situations, et, finalement, les gags », confie Clavier. Mais des histoires trop écrites, trop logiques (Jupiter-Taureau) ne risquent-elles pas de nuire à l’improvisation, à la spontanéité, à l’inventivité (Mercure-Bélier) ? L’avenir le dira…

Carré Soleil-Pluton : l’anti-modèle ambigu

Soleil et Pluton sont en carré dans le thème de Clavier. C’est là l’indice d’une discontinuité, d’une rupture ou d’un conflit entre le clair (Soleil) et l’obscur (Pluton). Il veut être fêté, reconnu, admiré pour son adhésion aux normes (Soleil) tout en restant réfractaire, marginal, discordant (Pluton). Une part de lui-même veut être un exemple à suivre, un modèle à imiter, une référence incontournable (Soleil), une autre ne peut s’empêcher de rester sceptique, critique, étrangère à tout ce… cinéma !

Dès lors le problème qui se pose pour lui est le suivant : faut-il jouer les héros (Soleil) ou les anti-héros (Pluton) ? Avec le personnage de Jacquouille la Fripouille, il semble avoir trouvé la réponse : Jacquouille est devenu un héros, un mythe populaire sympathique… alors même que c’est une véritable fripouille tortueuse, sale, avide, qui détruit et déstabilise tout partout où il passe. Renversant paradoxe de Soleil-Pluton : arriver à convaincre le grand public à s’identifier en masse (Soleil) à un manant zonard qui ne respecte rien (Pluton), et surtout pas ce à quoi tient le plus le Français moyen (auto, télé, etc.).

D’un autre point de vue, on peut aussi observer le chemin parcouru entre le Clavier plutonien anti-solaire de l’époque du Splendid (créateur de spectacles hors normes, expérimentaux, dérangeants) et le Clavier solaire anti-plutonien d’aujourd’hui (producteur d’un cinéma de masse qui, au fond, ne dérange plus personne). Jacquouille la Fripouille serait alors une improbable synthèse des deux…

Mars en Scorpion : ça passe et ça casse…

Partout où passe Jacquouille la Fripouille, les objets se cassent. Jacquouille est fondamentalement un destructeur acharné. Ce phénomène ressort directement d’un Mars dominant et dissonant en Scorpion. Expérimentateur maladroit, (Mars dissonant), le moindre de ses passages à l’acte (Mars) jette de l’huile sur le feu, aiguise les antagonismes, exaspère les différences au sein de son entourage (Scorpion). Tel un enfant de 1 à 2 ans (Mars, dont la révolution sidérale est de 2 ans gouverne cet âge de la vie selon la Théorie des âges découverte par J.-P. Nicola), il faut qu’il touche à tout, qu’il tâte, qu’il malaxe, qu’il cogne, qu’il brise, qu’il éprouve la solidité des êtres et des choses.

Spécialiste (Scorpion) de l’action directe et instinctive (Mars), Jacquouille la Fripouille est rebelle à tout ordre établi, toute norme sociale, toute loi (Mars opposé à Soleil-Jupiter). Le petit manant teigneux et agressif (Mars) défie ouvertement son seigneur et maître (Soleil-Jupiter). Quand on sait que Clavier se verrait bien en seigneur et maître du cinéma populaire français, on peut en conclure qu’à travers le personnage de Jacquouille, il cherche à la fois à exorciser cette part maudite, brutale, iconoclaste de lui-même, et paradoxalement (le Taureau n’est pas à un paradoxe près), à l’assumer à l’écran pour pouvoir mieux pontifier dans la vie. Jupitéro-solaire dans la vie (au pire : narcissisme, orgueil, vanité, présomption), et plutono-marsien à l’écran (anarchiste, indiscipliné, gaffeur et casseur). Ingénieux… Reste que le Clavier officiel (Soleil-Jupiter) ne supporte pas la contradiction et la rivalité (rejet de Mars-Scorpion) des Jacquouille réels, ces manants puants de critiques qui refusent de l’encenser systématiquement. Décidément, Godefroy de Montmirail (Soleil-Jupiter) ne fera jamais bon ménage avec Jacquouille (Mars-Pluton). Le drame tragi-comique de Clavier, c’est qu’il est au fond les deux personnages à la fois…

De Funès-Clavier et Jupiter-Pluton

A bien des égards, Christian Clavier est l’héritier de Louis de Funès. Selon Gérard Oury, un connaisseur, « Clavier et Funès ont en commun le but de faire rire sans honte et sans crainte. Ils n’ont pas de complexe. Ils ont aussi une vertu rare : celle d’être odieux sans être antipathiques. Je me souviens que de Funès me disait : « Écris-moi une belle ordure » ».

Une telle filiation rend intéressante la comparaison des deux thèmes. Les deux acteurs sont nés au lever de Pluton et à la culmination de Jupiter : ils ont donc bien en commun l’aptitude à « être odieux » (dérangeants, insupportables, bref plutoniens) tout en étant socialement acceptables (jupitériens). Mais ce qui les différencie est également très important : avec Mercure et Vénus dans ses dominantes, Clavier sait davantage séduire, amuser légèrement, se rendre attractif que De Funès. Dans le thème de ce dernier, Pluton est conjoint à Saturne dominant : son humour est plus profond, plus désespéré, plus existentiel (Saturne-Pluton) que celui de Clavier. En outre, Soleil, Mercure et Vénus sont très peu valorisés dans son thème : il ne savait ni séduire (Vénus), ni s’amuser avec légèreté (Mercure), ni convaincre son public de s’identifier à lui (Soleil). Le solaire Clavier a réussi à imposer un personnage unique et mythique (Jacquouille). Rien de tel chez De Funès.

Article paru dans le n° 2 d’Astrologie naturelle (avril 1998).

Le petit livre du Taureau

par Richard Pellard. 49 pages. Illustrations en couleurs

Ce livre présente et explique les trois zodiaques : celui du décor des constellations, celui de l’astrologie traditionnelle basé sur les Quatre Éléments symboliques (Feu, Terre, Air & Eau) et celui de l’astrologie naturelle basé sur les phénomènes astronomiques objectifs.

Interprétation du Taureau selon la symbolique classique et selon ses réflexes dans le zodiaque naturel (force, vitesse, équilibre) ; interprétation du Taureau en fonction des planètes dominantes ; le Signe solaire & le Signe Ascendant. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard



Imprimer Imprimer cet article
Rechercher sur le site :

Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé