AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le référentiel Sujet du S.O.R.I.  Manifeste conditionaliste  2.1. Le r.e.t. dans le R.E.T.  Michel Audiard, Taureau aux dialogues vaches  Billie Holiday et ce maudit Bélier blues…  Aspects plutoniens consonants  Jacques Prévert ou le réalisme poétique du Verseau  Mercure-Neptune
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsPour connaisseursAstrologie & psychanalyse


Synchronicité jungienne et astrologie

La Fédération Des Astrologues Francophones (FDAF) a organisé, fin avril 2001 à Paris, un séminaire autour de la Synchronicité et l’astrologie animé par Michel Cazenave, écrivain, directeur de programme à France-Culture et directeur de la traduction des œuvres de Carl-Gustav Jung en français. En tant que tel, Cazenave est un très orthodoxe « gardien de la mémoire » de Jung.

Pour introduire le concept de synchronicité, Cazenave a raconté une anecdote : « Jung recevait une patiente, dotée d’une structure rationnelle poussée à l’extrême, avec laquelle il n’arrivait à rien, parce que ces défenses rationnelles se mettaient immédiatement en place. Au bout de six mois de cure, il envisageait de mettre fin aux entretiens, lorsque la patiente vint le voir et lui relata un rêve dans lequel intervenait un scarabée doré, insecte commun dans les contrées d’Afrique du Nord mais totalement inconnu en Suisse. Alors que le récit du rêve se poursuivait, un grand bruit attira Jung à la fenêtre, qu’il ouvrit puis il se retourna vers sa patiente et lui tendit un scarabée doré. À partir de ce moment, confronté à cet événement relevant du « miracle », le système de défense craqua et la cure put se poursuivre ».

C‘est en notant ce genre de coïncidences étranges que Jung a été amené à imaginer sa théorie de la synchronicité, selon laquelle des événements apparemment sans liens de cause-à-effet mais se produisant simultanément auraient un sens d’une très grande portée symbolique. Voilà ce qu’en disait Cazenave lors du séminaire de la FDAF : « La synchronicité suppose l’existence d’un monde symbolique, non matériel, d’un monde d’images, d’éléments constitutifs du discours mythique, espace intermédiaire entre notre monde et l’origine de notre existence… Selon son mode propre, tout symbole entraîne d’autres symboles avec lui dans une chaîne signifiante selon les lois internes de la signification, ce qui entraîne nécessairement la notion d’âme du monde… ». Plus tard il déclare (au grand ravissement des astro-symbolistes de la FDAF) qu’une astrologie « qui se définit dans sa dimension poïetique se pose comme antérieure et fondatrice du discours astronomique, ce qui suppose une vue du monde qui peut-être facilement déconnectée de l’état des sciences ». Pire encore, il affirme que « Morin de Villefranche aurait dû tenir compte de la différence introduite par Kepler entre astrologie et astronomie, au lieu de s’épuiser à démontrer que l’astrologie est une science ». Enfin, dernière cerise sur cet immangeable gâteau ; il n’a pas oublié de rappeler doctement que « Lorsqu’une planète existe dans le macrocosme et le mésocosme, ce n’est pas la même chose, seulement le même nom ».

Voilà un discours qui ne peut que ravir certains anti-astrologues et qui justifie en même temps les pires errances irrationalistes des astro-symbolistes. Super-Gémeaux, Cazenave a un Sens des Ensembles très proche du grand méli-mélo. Si la synchronicité jungienne n’est qu’un espace purement symbolique sous-tendu par aucun signal, ce n’est jamais qu’un moyen commode pour justifier a posteriori des coïncidences que l’on estime signifiantes. Les conditionalistes ne mangent pas de ce pain (béni ?)-là. Le vrai problème qui se pose est celui de la nature du Temps.

Dans la conception diachronique, chronologique du Temps, les événements s’enchaînent selon la loi de cause à effet. S’il existe un temps synchronique où opèrent des phénomènes simultanés selon des causalités complexes ou des a-causalités, et nous le pensons, alors il faut s’interroger sur la nature et les différentes modalités de la temporalité, et non se réfugier avec couardise dans un « espace symbolique » qui échapperait à tout déterminisme physique… et astrophysique. Des expressions creuses comme « l’âme du monde » n’expliquent rien… sauf pour les étourdi(e)s de la FDAF.

L’une d’entre elles n’hésite d’ailleurs pas à s’exclamer : « Moi qui ai toujours eu des difficultés à affirmer que je ressens l’astrologie comme une matière littéraire plutôt que scientifique, je me sens d’emblée réconfortée en entendant Michel Cazenave déclarer haut, fort et clair : « Je n’ai jamais considéré l’astrologie comme une science ».

Formidable : l’astrologie serait une « matière littéraire » ! Dans le genre connerie monstrueuse, il est difficile d’aller plus loin. Cette astro-symboliste a dû apprendre à lire dans les éphémérides, faire ses premières dissertations sur le roman bien connu des lois de Kepler, ce célèbre romantique hugolien, et passer sa thèse de doctorat en littérature comparée sur les systèmes de domification de Placidus et de Régiomontanus (deux grands poètes élégiaques que Lagarde et Michard ne citent pas assez souvent, de mon point de vue…)

Bilan : avec Cazenave et la FDAF, l’anti-astrologie a encore de beaux jours devant elle, et peut parfaitement se passer des rationalistes des diverses Académies des Sciences. Misère !

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- C.G. Jung, symboles et signaux
- Carl-Gustav Jung et l’astrologie
- L’Esprit Mercure de C.G. Jung : une leçon de symbolisme
- Zodiaque, planètes et typologie jungienne
- Zodiaque, planètes et typologie jungienne


Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé