AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le référentiel Sujet du S.O.R.I.  Manifeste conditionaliste  2.1. Le r.e.t. dans le R.E.T.  Michel Audiard, Taureau aux dialogues vaches  Billie Holiday et ce maudit Bélier blues…  Aspects plutoniens consonants  Jacques Prévert ou le réalisme poétique du Verseau  Mercure-Neptune
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesLes aspects interplanétairesThéorie des Aspects


Les Aspects kepleriens

Les Aspects majeurs consonants (sextile, trigone), dissonants (carré, opposition) ou neutres (conjonction) et les mineurs consonants (semi-sextile) ou dissonants (semi-carré) appartiennent à la même famille harmonique ; ce n’est pas le cas de deux autres Aspects mineurs, le sesqui-carré et le quinconce. C’est pour cette raison que l’astrologie les rejette. En revanche, les Aspects dit « kepleriens » : le décil (36°), le quintil (72°) et le bi-quintil (144°), pourraient bien avoir une subtile influence. Laquelle ?

La figure ci-dessus, créée par Jean-Pierre Nicola, illustre le fait que les Aspects kepleriens appartiennent à la même famille harmonique que les Aspects majeurs et certains mineurs. Commentaires de Jean-Pierre Nicola :

« On reporte sur les côtés d’un losange régulier (4 côtés égaux) en haut les Aspects harmoniques, en bas les Aspects dissonants. En joignant, selon la chronologie, les intersections avec la bissectrice qui est l’abcisse et la base, donnent en élongations les Aspects de Kepler : 36°, 72°, 144°.

Selon cette figure, il existerait trois types d’Aspects (en dehors du champ de la conjonction) formant une unité. On est tenté de rapprocher les consonants du niveau « Représentation » (diagonales du haut) puisqu’on leur attribue puissance, aisance, bonheur. Les dissonants évoquent le niveau « Existence » pour les difficultés, les crises, les conflits, les luttes qui font leur réputation. Et les kepleriens seraient du niveau « Transcendance », ne serait-ce que pour leur insaisissabilité, leur action supposée privilégiée sur les transformations inconscientes, préludant à des émergences vers le niveau « Existence » ou le niveau « Représentation ».

Étant mineurs et induits par les interactions entre Aspects consonants et dissonants, les aspects kepleriens n’admettent qu’un orbe très réduit (1° de part et d’autre de l’Aspect exact pour le décil, 2° pour le quintil et le bi-quintil). Comme tous les Aspects mineurs, ils n’apparaissent pas comme étant des facteurs de hiérarchisation planétaire.

Commentaire de Richard Pellard :

Comment les interpréter dans la pratique ? Cela n’a rien d’évident, leur influence est très difficile à observer et à comprendre. Ils semblent établir une mystérieuse relation entre les planètes qu’ils relient. Une bonne piste de recherche : la plupart du temps, les Aspects kepleriens réunissent des planètes dominantes et des non-dominantes. Lors des transits majeurs (conjonction, opposition), surtout pour le bi-quintil et dans une moindre mesure pour le quintil, impliquant une planète très dominante et une planète très faible reliées dans le thème natal par Aspects kepleriens, il peut être intéressant d’observer s’il n’y a pas de subtiles mais très puissantes remontées de l’inconscient vers le conscient, alors qu’il n’y a pas d’autres transits majeurs pendant la période considérée. J’ai fait quelques observations qui semblent aller dans ce sens, mais elles sont trop peu nombreuses et trop floues pour que je puisse en dire plus. À vous d’expérimenter et de nous faire part de vos observations sur le forum du site…

Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- Théorie et pratique des aspects
- Les aspects, phases d’un cycle
- Aspects : Existe-t-il un modèle traditionnel ?
- Aspects : Théorie et Bilan Conditionaliste
- Introduction à l’interprétation des aspects
- Les Aspects planétaires et leurs orbes
- Les Aspects kepleriens
- Les « aspects » aux Angles
- Chronologie des Aspects et Transits
- Johannes Kepler, astrologue et astronome


Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé