AstroAriana Association pour la Recherche et l'Information
en Astrologie NAturelle
AstroAriana
Présentation Qui sommes nous ? Nous écrire Plan du site Annuaire de liens Astrosoft Calculez votre thème Thème du jour Boutique
Pour que ce site continue à exister sans publicité
Téléchargements de livres au format PDF Élections présidentielles 2017 : des candidats et des astres
Articles aléatoires  Le référentiel Relation du S.O.R.I.  Dès deux mois, le réseau du langage est en marche  Yan Pei Ming, Sagittaire en ombre chinoise  Jane Birkin, Sagittaire enthousiaste et secrète  André Barbault et le conditionalisme  Famille « t intensif » en Signes  Historique de l’évaluation des puissances planétaires  2.3. D’oscillations en translations
Vous êtes ici : Accueil ►Astro-documentsThéories généralesLes planètes et le R.E.T.Les fonctions planétaires du R.E.T.


La fonction saturnienne ‘tE’ (transcendance de l’Existence)

Les exemples d’interprétation que nous donnons sont très loin d’être exhaustifs : ils ne font qu’indiquer et esquisser un cadre général décrivant la problématique de la fonction planétaire. Ils ne sauraient donc être pris au pied de la lettre. Chaque être, en effet, apporte ses propres réponses, plus ou moins originales, aux questions que soulève une fonction planétaire. Il n’y a pas de recette. En vous aidant du R.E.T. et de la Théorie des âges et en combinant logique, observation et imagination, vous pourrez développer mille autres significations possibles, mille autres variations sur le même thème.

Généralement : du duo-duel au multiple

« Transcendance de l’Existence » : Creuser les faits, les phénomènes pour en découvrir les lois invisibles, les mécanismes invariants, les structures cachées, la complexité interne. La physique expérimentale en recherche d’éléments inconnus. Les actions en profondeur, secrètes, obscures, incertaines. La quête de l’universel à travers la problématique de l’expérience concrète. Le vécu dans son devenir et ses perspectives à long terme. Faire abstraction du ressenti, de l’éprouvé. Prendre du recul à l’égard du présent. Les situations ou confrontations génératrices de perplexité et d’hypothèses multiples.

Psychologiquement :

Formule positive (‘tE’) : Chercher le fil invisible qui relie ses expériences diverses et la complexité des situations auquel on est confronté. Sonder êtres, événements et choses pour en découvrir les profondeurs cachées. Prendre du recul par rapport à ses sensations : l’ascèse, le dépouillement, la discipline ou le refoulement des émotions. Introduire de la distance dans sa présence : froideur, flegme, détachement, distraction. Quête d’une philosophie ou d’une sagesse par décantation du vécu personnel. Être prudent, prévoyant, réfléchi, précautionneux dans ce que l’on fait. Accepter les responsabilités ingrates. Cheminer dans l’existence en s’interrogeant, sans être jamais totalement satisfait de ses réalisations. Faire de son vécu et de ses actes la plate-forme d’un ailleurs.

Les caractéristiques positives de la fonction saturnienne sont le sens du concret (trio Existence intensive avec Mars et Jupiter) et l’esprit critique (trio transcendance intensive avec Mercure et Pluton).

« Existence extensive » : le sens du concret

Le saturnien est un réaliste du long terme. Patient, prudent, sceptique, réfléchi, il n’agit qu’après avoir exploré tous les possibles, étudié sérieusement toutes les hypothèses et soigneusement évalué les conséquences lointaines de ses actes. Les situations complexes, ingrates, difficiles, les obstacles que le réel place en face de lui ne lui font pas peur. À jamais insatisfait par les certitudes acquises et les explications admises, il aime par-dessus tout approfondir ses expériences, chercher les mécanismes secrets qui déterminent êtres, choses et situations. Son scepticisme expérimental l’incite à vérifier et revérifier, tester encore et encore le monde extérieur avant d’émettre quelque opinion que ce soit. Pour lui l’existence est un inépuisable réservoir d’interrogations fructueuses, une matière à triturer pour en extirper des vérités enfouies. Économe, méticuleux et méthodique, son bon sens est dubitatif : son observation attentive et approfondie des choses de la vie l’incite à penser que jamais rien n’est acquis, garanti, définitif.

« Transcendance intensive » : l’esprit critique

Le saturnien n’est jamais satisfait de rien ni de personne. Méfiant, grave, introverti, méditatif, il tient par-dessus tout à prendre de la distance par rapport aux événements, à maintenir le recul nécessaire à la réflexion. Fondamentalement, il reste rétif aux opinions communes, aux lois admises et aux certitudes simples. La solitude ne lui fait pas peur, qui lui permet de prendre le temps de s’interroger, de se remettre en cause, de se poser des questions essentielles. Retiré, sagace, philosophe, taciturne, il est en quête d’un ailleurs et s’abstrait facilement des situations. Réservé, pudique, scrupuleux, il est difficile de lui arracher un acquiescement immédiat. Profond, sérieux, un brin pessimiste, il a soif de comprendre pour cesser de se faire des illusions. Il cultive avec soin les vertus de la lucidité, de la profondeur, du détachement, de l’indifférence. Modeste, impénétrable, sans emphase, il cultive en lui un fond d’insatisfaction chronique qui l’incite à se montrer perfectionniste et exigeant, à ne jamais négliger l’avenir et l’inconnu.

Formule négative : non-rR, non-e, non-T

« Non-Représentation extensive » ou manque de sociabilité spontanée

En négatif, le saturnien souffre d’un déficit de communication décontractée. Rien ni personne ne semble pouvoir emporter d’emblée son adhésion ou son intérêt, le séduire ou le toucher, susciter sa curiosité. Introverti, gauche, maladroit ou effacé dans ses relations humaines, il n’attend rien des autres, ne s’intéresse guère à leurs attentes et ne fait rien pour se montrer agréable, disponible, intéressé. Trop enfermé dans ses ruminations ou réflexions, il a toujours l’impression d’être celui qui est de trop, qu’on n’attend pas, ce qui l’incite à développer des complexes de persécution en réaction à son impuissance expressive. Il manque de charme, de fantaisie et d’aisance.

En positif, sérieux, solitaire le saturnien est tout l’envers d’un mondain, d’un bavard qui n’a rien à dire, d’un esthète désinvolte. Lent, profond, secret, le jeu des apparences le laisse de marbre et paraître intéressant lui indiffère. Il sait que de toutes façons l’essentiel est ailleurs, loin des bavardages, des séductions et des repères habituels.

« Non-Transcendance extensive » ou manque d’imaginaire prospectif

En négatif, le saturnien, prisonnier de son réalisme inquiet, de ses ratiocinations angoissées, des questions qu’il se pose par rapport à l’existence, tend à bloquer en lui-même toute inspiration, toute échappée de l’imaginaire, toute intuition libératrice. Il peut ainsi verser dans un rationalisme étroit et pointilleux, si soucieux d’ancrer ses raisonnements dans une analyse approfondie des faits qu’il en oublie que la vérité est souvent prête à surgir ailleurs que là où il imagine trop raisonnablement qu’elle se trouve. À force de scepticisme désabusé, de stériles interrogations existentielles, il ne parvient pas à vivre selon la dynamique de ses exigences profondes qu’il minimise ou nie.

En positif, le scepticisme insatisfait et décortiqueur du saturnien le met en principe à l’abri des chimères, des utopies grandiloquentes, des extrapolations fumeuses et des révélations extraordinaires. Aux intuitions fulgurantes censées rendre compte de la nature profonde des choses, il préfère la patience obscure d’une recherche opiniâtre.

« Non-représentation intensive » ou manque de pouvoir de décision

En négatif, le saturnien, trop conscient de la complexité des êtres, des choses et des situations, se montre extrêmement hésitant, dubitatif, ergoteur, pinailleur, incertain au moment où il faut trancher dans le vif, prendre des décisions sans appel, formuler un programme, décider de la voie à suivre. Les doutes le rongent et minent son aptitude aux choix clairs. Dubitatif, réservé, ayant peur de se tromper, de faire fausse route, pessimiste au fond, il lui est difficile de s’affirmer, de jouer son rôle social, de s’identifier sans réserve à quoi que ce soit. Il se complique inutilement l’existence avec des questions oiseuses ou se fait une gloire souffreteuse d’être rejeté et incompris.

En positif, le saturnien cultive un grand scepticisme expérimental à l’égard de tous ceux qui savent, décident, tranchent sans avoir préalablement approfondi toutes les données d’un problème. Modeste et silencieux, intègre et discrètement laborieux, il ignore ou méprise ceux qui ne vivent qu’en fonction de leur impact social, de leur utilité publique.

« Non-existence intensive » ou manque de sensorialité affective

En négatif, le saturnien prend tant de distance réfléchie, de recul interrogatif vis-à-vis de ses émois, affects et sentiments qu’il ne sait plus les vivre simplement, crûment, à bout portant. Il doute de ses perceptions, de ce qu’il ressent, de ce qu’il éprouve. Empêtré dans ses pensées moroses, mélancoliques, dans son imagination insatisfaite, en quête d’un ailleurs, il ne sait pas vivre ses sensations et émotions à fleur de peau, en direct, sans se poser de questions. À force de chercher le pourquoi du comment des êtres et des choses, il en oublie de les vivre au jour le jour. Il cherche tant à fuir ses humeurs du moment que quand elles se manifestent elles lui semblent venir d’un étranger.

En positif, le saturnien sait prendre de sages et profondes distances et fait preuve de sang-froid dans les situations de perturbation émotionnelle et d’effusion sentimentale. Sceptique, bourru et prévoyant, il se méfie avec raison des coups de cœur irréfléchis, des impulsions subites et des emballements irrationnels de l’affectivité. SUITE

La fonction planétaire inverse est la fonction neptunienne


La fonction saturnienne dans le S.O.R.I. :

- Référentiel Sujet-Excitabilité : Passage d’un moyen à un bas niveau d’énergie.
- Référentiel Objet-Signal : Passage du composé au complexe.
- Référentiel Relation-Communication : Transcendance de l’Existence.
- Référentiel Intégration-Symbole : Passage du Duo-Duel au Multiple


Cet article vous a été proposé par : Richard Pellard

Voir aussi :

- Profil psychologique du Saturnien
- Stade saturnien (de 12 à 30 ans) : l’âge des interrogations
- Famille « E extensif » (Existence extensive)
- Famille « t intensif » (transcendance intensive)
- Formes de l’inhibition
- Saturne et le système osseux
- Le saturnien en B.D.


Les Significations planétaires

par Richard Pellard. 620 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

La décision de ne traiter dans ce livre que des significations planétaires ne repose pas sur une sous-estimation du rôle des Signes du zodiaque et des Maisons. Le traditionnel trio Planètes-Zodiaque-Maisons est en effet l’expression d’une structure qui classe ces trois plans selon leur ordre de préséance et dans ce triptyque hiérarchisé, les Planètes occupent le premier rang. La première partie de ce livre rassemble donc, sous une forme abondamment illustrée de schémas pédagogiques et tableaux explicatifs, une édition originale revue, augmentée et actualisée des textes consacrés aux significations planétaires telles qu’elles ont été définies par l’astrologie conditionaliste et une présentation détaillée des méthodes de hiérarchisation planétaire et d’interprétation accompagnées de nombreux exemples concrets illustrés par des Thèmes de célébrités. La deuxième partie est consacrée, d’une part à une présentation critique des fondements traditionnels des significations planétaires, d’autre part à une présentation des rapports entre signaux et symboles, astrologie et psychologie. Enfin, la troisième partie présente brièvement les racines astrométriques des significations planétaires… et propose une voie de sortie de l’astrologie pour accéder à une plus vaste dimension noologique et spirituelle qui la prolonge et la contient. Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.

L’astrologie, la nanification de Pluton & les astres transplutoniens

par Richard Pellard. 117 pages. Format PDF. Illustrations en couleur.

Pluton ne fait plus partie des planètes majeures de notre système solaire : telle est la décision prise par une infime minorité d’astronomes lors de l’Assemblée Générale de l’Union Astronomique Internationale qui s’est tenue à Prague en août 2006. Elle est reléguée au rang de « planète naine », au même titre que les nombreux astres découverts au-delà de son orbite. Ce livre récapitule et analyse en détail le pourquoi et le comment de cette incroyable et irrationnelle décision contestée par de très nombreux astronomes de premier plan. Quelles sont les effets de cette « nanification » de Pluton sur son statut astrologique ? Faut-il remettre en question son influence et ses significations astro-psychologiques qui semblaient avérées depuis sa découverte en 1930 ? Les « plutoniens » ont-ils cessé d’exister depuis cette décision charlatanesque ? Ce livre pose également le problème des astres transplutoniens nouvellement découverts. Quel statut astrologique et quelles influences et significations précises leur accorder ? Enfin, cet ouvrage propose une vision unitaire du système solaire qui démontre, chiffes et arguments rationnels à l’appui, que Pluton en est toujours un élément essentiel, ce qui est loin d’être le cas pour les autres astres au-delà de son orbite. Après avoir lu ce livre, vous saurez quoi répondre à ceux qui pensent avoir trouvé, avec l’exclusion de Pluton du cortège planétaire traditionnel, un nouvel argument contre l’astrologie ! Vous pouvez dès maintenant le commander à la boutique.





Pour que ce site continue à exister sans publicité :


Tous droits réservés. © 2003-2017 Richard Pellard reproduction interdite.
Webmestre : Julien Rouger
Site réalisé avec SPIP | Espace privé